S'impliquer

Corée du Nord

Une femme renvoyée de force est hors de danger

Koo Jeong-hwa était en détention depuis le 3 décembre 2017 en Corée du Nord pour avoir quitté le pays sans autorisation. D’après sa famille, elle ne risque plus d’être envoyée dans un camp de prisonniers politiques avec son fils de quatre ans.

Koo Jeong-hwa ne risque plus d’être envoyée de manière imminente dans un camp de prisonniers politiques, d’après les déclarations de son mari qui a récemment reçu des informations fiables sur sa situation. Le ministère de la Sécurité d’État devait rendre une décision concernant sa condamnation en mars 2018, et l’on craignait qu’elle ne fasse l’objet d’un procès inique et qu’elle soit condamnée à l’emprisonnement à perpétuité dans un camp pour prisonniers politiques.

Koo Jeong-hwa avait quitté la Corée du Nord avec son fils et huit autres nord-coréens en octobre 2017, et elle a été placée en détention en Chine le 4 novembre. Renvoyée de force à Sinuiju en Corée du Nord le 17 novembre, Koo Jeong-hwa et son fils y ont été placés en détention durant deux semaines, avant d’être transférés vers la ville de Hoeryeong, où elle résidait avant de quitter la Corée du Nord.

Le fils de Koo Jeong-hwa a été libéré 20 jours après le transfert, et il vit désormais avec sa grand-mère. Amnistie internationale ne dispose d’aucune information sur les huit autres nord-coréens du groupe.

Amnistie internationale a été en contact avec le mari de Koo Jeong-hwa, qui vit désormais en Corée du Sud, et qui a demandé à ce que les informations concernant le lieu où elle se trouve ne soient pas rendues publiques pour le moment. Il a remercié les sympathisants d’Amnistie internationale d’avoir mené des actions au nom de sa famille, et il pense que cela a été utile.

Autres informations 

Ceci est la troisième mise à jour de l’AU 253/17.
Pour plus d’informations : https://www.amnesty.org/fr/documents/asa24/7863/2018/fr/

Remerciements 

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Mis à jour le lundi, 2 avril 2018