S'impliquer

Tchad

Un jeune militant libéré sans condition

Alain Didah Kemba, porte-parole du mouvement de jeunesse tchadien Iyina, a été libéré sans condition le 26 février, après avoir été présenté au procureur. Il ne se trouvait plus en détention depuis trois jours pour raisons de santé. Il avait du mal à se tenir debout car il avait été, selon ses propres déclarations, roué de coups lors d’un interrogatoire. Il n’a jamais été inculpé.

Alain Didah Kemba, porte-parole du mouvement de jeunesse tchadien Iyina (« Nous sommes fatigués », en arabe local), a été libéré sans condition le 26 février, après avoir été présenté au procureur ; celui-ci a décidé de ne pas l’inculper. Alain Didah Kemba ne se trouvait plus en détention depuis le 23 février pour raisons de santé. Avant sa libération, son avocat avait expliqué à Amnistie internationale que son client pouvait à peine se tenir debout et qu’il avait indiqué que des policiers lui avaient asséné des coups sur les articulations des jambes et la plante des pieds pendant un interrogatoire.

Alain Didah Kemba a été arrêté le 19 février en début de matinée par un policier. Plus tard dans la journée, le porte-parole de la police a indiqué aux médias qu’Alain Didah Kemba avait été interpellé par un commandant de police alors qu’il s’apprêtait à brûler un pneu avec l’essence contenue dans la bouteille qu’il tenait. Son avocat a obtenu les mêmes informations lorsqu’il s’est rendu au siège de la police pour demander des nouvelles de son client. Le même jour, le ministère public a affirmé à Amnistie internationale ne rien savoir de l’arrestation d’Alain Didah Kemba ni du lieu où il se trouvait.

Le 20 février, l’avocat de cet homme a tenté de lui rendre visite à deux reprises au siège de la police, à N’Djamena, mais celle-ci a nié le détenir. Par la suite, les amis et la famille d’Alain Didah Kemba ont été en mesure de confirmer qu’il était détenu au siège de la police. Ce n’est qu’après cette confirmation que son avocat a pu le voir.

Alain Didah Kemba n’a jamais été inculpé et a toujours nié avoir été en possession d’une bouteille d’essence au moment de son arrestation. Selon lui, il faisait son jogging matinal et la police l’a arrêté alors qu’il passait devant un pneu.

Depuis deux ans, les défenseurs des droits humains et les détracteurs du régime sont constamment réprimés au Tchad, où la victoire d’Idriss Déby à une cinquième élection présidentielle et les mesures d’austérité destinées à enrayer la crise économique suscitent un mécontentement grandissant. Alain Didah Kemba critique ouvertement la politique gouvernementale, notamment les mesures d’austérité, et a participé à plusieurs manifestations pacifiques organisées par Iyina.

Autres informations 

Ceci est la première mise à jour de l’AU 44/18.
Pour plus d’informations : https://www.amnesty.org/fr/documents/afr20/7933/2018/fr/

Remerciements 

Merci à toutes les personnes qui ont envoyé des appels.

Mis à jour le dimanche, 4 mars 2018