S'impliquer

Chine

Le poète ayant rendu hommage à Liu Xiaobo a été libéré

Le poète Wu Mingliang, plus connu sous son nom de plume « Langzi », et Peng Heping ont été libérés le 22 septembre. Ils étaient détenus depuis le mois d'août pour des infractions pénales présumées. On pense que Wu Mingliang avait été arrêté parce qu'il a contribué à éditer une anthologie de poésie rendant hommage à Liu Xiaobo.
Les deux hommes ont adressé leurs remerciements à la communauté internationale pour son soutien.

Wu Mingliang, poète renommé de Guangzhou et membre du Centre indépendant PEN chinois, a été libéré sous caution le 22 septembre 2017. Il était détenu depuis le 18 août 2017 dans le centre de détention du district de Haizhu, à Guangzhou, parce qu'il était soupçonné d’« activités commerciales illégales ». Aux termes des conditions de sa remise en liberté, pour les 12 prochains mois, Wu Mingliang n'est pas autorisé à se rendre à l'étranger et il est tenu de signaler à la police à tout moment s'il sort de la ville de Guangzhou.

Son avocat et ses amis estiment qu'il a été arrêté en raison de sa participation à la rédaction d'une anthologie de poésie en mémoire de Liu Xiaobo, décédé le 13 juillet 2017. Wu Mingliang a été placé en détention administrative pendant 10 jours le 1er juillet après avoir cosigné une lettre de soutien à Liu Xiaobo, alors incarcéré. Pendant ces 10 jours, la police l'a interrogé à plusieurs reprises au sujet de l’anthologie qu'il a contribué à rédiger, réviser et compiler pour rendre hommage à Liu Xiaobo, lauréat du prix Nobel de la paix.

Peng Heping, qui a imprimé le catalogue de l'exposition de Wu Mingliang, a lui aussi été mis en liberté sous caution le 22 septembre. Il était détenu depuis le 29 août parce qu'il était soupçonné d’« activités commerciales illégales ».

Wu Mingliang et Peng Heping ont exprimé leur reconnaissance pour la réaction de la communauté internationale, et remercié les sympathisants d'Amnistie internationale pour leur intervention. Ils espèrent que personne d'autre ne sera arrêté en raison de publications exprimant des pensées personnelles ou plus généralement, que personne d'autre ne se retrouvera derrière les barreaux uniquement pour avoir exercé le droit à la liberté d'expression.

Autres informations 

Ceci est la première mise à jour de l’AU 201/17.
Pour plus d'informations : https://www.amnesty.org/fr/documents/asa17/7027/2017/fr/

Remerciements 

Un grand merci à tous ceux qui ont envoyé des appels.

Mis à jour le mercredi, 4 octobre 2017