• Niger

Samira Sabou - Livres comme l'Air

PORTRAIT DE L'AUTRICE

Samira Sabou est une journaliste du Niger et présidente de l’Association des blogueurs pour une citoyenneté active (ABCA). Samira a été condamnée le 3 janvier 2022 pour avoir relayé les conclusions d’une ONG internationale au titre de la Loi sur la cybercriminalité, dont les autorités se servent pour faire taire les voix dissidentes au sein des médias et de la société civile. En 2020, Samira Sabou avait déjà été détenue pendant 48 jours, alors qu’elle était enceinte, parce qu’elle avait publié des informations concernant le scandale de détournement de fonds au ministère de la Défense.

Signez la pétition pour demander aux autorités qu'elles libèrent Samira immédiatement et sans conditions !

LIVRES COMME L'AIR

Dans le cadre du projet Livres comme l’Air, des écrivains québécois témoignent leur solidarité à des écrivains emprisonnés ou menacés à travers le monde en leur rédigeant des dédicaces. 

VOIR TOUS LES AUTEURS

Metropolis Bleu

Christopher DiRaddo est l'auteur de deux livres : The Family Way (2021) et The Geography of Pluto (2014). Il vit à Montréal (Québec, Canada), où il est également le fondateur et l'animateur de la série de lectures et du club de lecture Violet Hour. Il programme également des événements littéraires LGBTQ dans la ville, souvent en collaboration avec Never Apart, Fierté Montréal et le Festival littéraire international de Montréal Metropolis Bleu. 

Chère Samira,

Un sage professeur m’a dit un jour que si un·e écrivain·e n’offense pas sa famille, ses proches ou son pays, il ou elle ne fait pas son travail. J’ai gardé cette citation au-dessus de mon bureau pendant des années, y jetant un coup d'œil chaque fois que je remettais en question ma détermination. À vrai dire, je n’ai jamais été en réel danger.

Vous, cependant, avez dit la vérité au pouvoir. Vous avez tendu un miroir à la société dans laquelle vous vivez pour qu’il y ait un réel changement. Je pense que la chose la plus importante qu’ un·e écrivain·e puisse faire est de dire la vérité, et je vous félicite pour le courage dont vous avez fait preuve, pour votre défense inlassable des droits humains et pour avoir demandé des comptes à ceux et celles qui sont au pouvoir.

Nous vivons dans un monde empoisonné par la désinformation, la méfiance et les intérêts personnels. Ce n’est que lorsque des personnes comme vous prennent position et mettent en jeu leur propre confort, leur gagne-pain et leur vie que nous pouvons tenter de redresser les torts du monde et créer un monde meilleur pour nos enfants. Merci d’être une diseuse de vérité, et pour votre esprit humain inébranlable.

En toute solidarité,
Christopher DiRaddo

Dear Samira, 

A wise teacher once told me that if a writer is not offending their family, friends, or nation, then they are not doing their job. I’ve kept this quote above my desk for years, glancing at it every time I found myself questioning my resolve. Truth be told, I was never in any real danger.  

You, however, spoke truth to power. You held up a mirror to the society you live in so that there can be real change. I believe the most important thing a writer can do is tell the truth, and I commend you for your bravery to do so, for your tireless defence of human rights, and for holding those in power to account.  

We live in a world that is poisoned with disinformation, mistrust, and self-interest. It is only when people like you take a stand, and put their own comfort, livelihood, and lives on the line, that we can attempt to right the world’s wrongs and create a better world for our children. Thank you for being a truthteller, and for your unbreakable human spirit. 

In solidarity, 

Christopher DiRaddo 

Salon du livre de Trois-Rivières

Michel Jean est un écrivain, un chef d’antenne et un journaliste d’enquête primé et apprécié du public québécois. Après ses études, il a travaillé à Radio-Canada et, depuis 2005, à TVA. Il a écrit dix livres et a participé à plusieurs collectifs. Il a dirigé deux recueils de nouvelles mettant de l’avant des voix autochtones, Amun, à l’automne 2016, traduit en langue anglaise (Exile Editions, 2020) et en langue allemande (Wieser Verlag, 2020), et Wapke, qui est paru en mai 2021. Dans son roman Elle et nous, publié en 2012, il s’exprime pour la première fois sur ses origines autochtones. Son avant-dernier ouvrage, Kukum, qui rend hommage à son arrière-grand-mère, sorti au Québec en 2019 et en France en 2020, est lauréat du Prix littéraire France-Québec et finaliste du prix littéraire  Jacques Lacarrière. Kukum est le roman le plus vendu au Québec en 2021 et le deuxième en 2020. Les ventes totales dépassent 110 000 exemplaires.

Kuei Samira. Tiohtià:ke raconte l’histoire d’Autochtones vivant en marge, dans la rue. C’est l’histoire des sans voix, des ignorés. Je revendique le droit de la raconter même si ça dérange.  

Au Niger, cela t’a valu la prison et ça me révolte car comme toi, je suis épris de justice. La justice a besoin de voix, fortes, claires et libres. Comme la tienne. Merci de me rappeler que tant de choses que je prends pour acquises, sont en réalité aussi précieuses que fragiles.  

Amitiés.  

Michel.