S'informer
Communiqué 
international
Russie

Une militante féministe condamnée à une amende pour « propagande gay » et visée par des poursuites pénales pour « pornographie »

En réaction à la condamnation le 11 décembre 2019 de la militante féministe et défenseure des droits des personnes lesbiennes, gays, bisexuelles, transgenres ou intersexuées (LGBTI) Ioulia Tsvetkova à une lourde amende en vertu de la loi homophobe sur la « propagande gay », au motif qu’elle gère sur les réseaux sociaux des groupes axés sur les thèmes LGBTI, Natalia Zviagina, directrice d’Amnistie internationale Russie, a déclaré :

« Une nouvelle fois, une militante des droits humains paie le prix fort, dans tous les sens du terme, simplement pour avoir diffusé les idéaux de non-exclusion, de tolérance et d’autonomisation des femmes.

« Ioulia Tsvetkova est la dernière cible d’une campagne discriminatoire aux forts relents d’homophobie, menée depuis longtemps déjà. Elle subit une kyrielle d’atteintes : elle a été détenue de manière arbitraire, interrogée et intimidée à de multiples reprises. Ses initiatives théâtrales et créatives sont muselées par les responsables de l’application des lois et ses dessins sont désormais jugés à caractère pornographique.

« Actuellement placée en résidence surveillée, elle fait l’objet de poursuites pénales pour " pornographie ", une infraction passible d’une peine allant jusqu’à six ans de prison. Les autorités doivent abandonner toutes les charges retenues contre elle et annuler l’amende et l’assignation à résidence dont elle fait l’objet. Elle n’a rien fait d’autre que de se mobiliser en faveur des droits humains. »

Complément d’information

Ioulia Tsvetkova, originaire de Komsomolsk-sur-l’Amour, dans l'Extrême-Orient russe, a été déclarée coupable de « propagande en faveur de relations sexuelles non traditionnelles auprès des mineurs », une infraction administrative, et condamnée à une amende de 50 000 roubles (environ 710 euros) parce qu’elle gère deux communautés en ligne sur les thèmes LGBTI. Ces deux communautés sont signalées « + de 18 ans », comme l’exige le droit russe, et l’amende qui lui a été infligée au titre de la loi russe contre la propagande homosexuelle n’a donc aucun fondement.

La militante fait toujours l’objet d’inculpations pénales pour « pornographie ». Elle a été placée en résidence surveillée le 23 novembre après avoir été inculpée de « production et diffusion de matériaux pornographiques », en raison de dessins de vagins qu’elle a publiés sur les réseaux sociaux.

En mars, Ioulia Tsvetkova a dû abandonner son travail au sein de la compagnie de théâtre amateur Merak, la police ayant ouvert une enquête pour « propagande homosexuelle » liée à sa pièce Bleu et rose, qui dénonce le harcèlement et la discrimination. La compagnie a été contrainte de cesser ses activités.

 

Pour toute demande d'information et/ou d'entrevue, veuillez contacter 

Khoudia Ndiaye | Directrice des communications et stratégies 

kndiaye@amnistie.ca | 514 766-9766 poste 5230 

@ndiayek_

 

Mis à jour le jeudi, 12 décembre 2019