• 5 mar 2019
  • Canada
  • Communiqué de presse

Des ONG maintiennent que le Canada doit prendre une décision concernant la vente de véhicules blindés légers à l’Arabie saoudite

Une coalition d’organisations canadiennes de la société civile a écrit une lettre ouverte (disponible ici) au premier ministre Justin Trudeau pour exprimer leurs inquiétudes par rapport aux exportations canadiennes de véhicules blindés légers (VBL) vers le Royaume d’Arabie saoudite.  

La coalition demande à tous les États, y compris au Canada, d’interdire la vente ou le transfert d’armes à tout gouvernement qui risquerait de les utiliser dans le conflit au Yémen. 

En octobre 2018, le gouvernement canadien avait déclaré qu’il serait difficile de suspendre le contrat de vente de VBL à l’Arabie saoudite.  

Actuellement, la crise au Yémen continue de se détériorer et près des deux tiers des Yéménites ont besoin d’aide humanitaire.  

Le Canada offre à la fois de l’aide humanitaire au Yémen et fournit des armes à une des parties impliquées dans le conflit. D’autres pays, dont le Danemark, la Finlande, l’Allemagne, la Suisse, la Grèce et l’Autriche, ont soit suspendu soit mis fin au transfert d’armes vers l’Arabie saoudite.  

La coalition demande au gouvernement de révoquer les permis en question. Les pénalités qui pourraient être imposées à la suite de cette annulation ne doivent pas empêcher le Canada de s’assurer qu’il ne contribue pas à des crimes de guerre au Yémen

Le Canada doit exercer son autorité souveraine et suspendre le transfert de VBL au Royaume d’Arabie saoudite.  

 

Organisations signataires de la lettre au premier ministre Trudeau :

Action contre la faim

Aide à l’enfance Canada

Amnesty International Canada (section anglophone)

Amnistie internationale Canada francophone

Canadiens pour la justice et la paix au Moyen-Orient

Institut Rideau

Le Groupe des 78

Médecins du monde Canada

Oxfam Canada

Oxfam-Québec

Project Ploughshares