S'informer
Communiqué 
international
États-Unis, Somalie

L'armée américaine lève partiellement le voile sur les victimes civiles de la guerre secrète en Somalie

En réaction à la publication, lundi 27 avril 2020, du premier rapport trimestriel du Commandement des États-Unis pour l'Afrique (AFRICOM) évaluant le nombre de victimes civiles liées à ses opérations en Afrique, qui reconnaît qu'une frappe aérienne a fait deux morts et trois blessés parmi la population civile en Somalie, Seif Magango, directeur adjoint d'Amnistie internationale pour l'Afrique de l'Est, a déclaré :

« Ce premier rapport public régulier reconnaissant le rôle de l'AFRICOM dans la mort de civil·e·s apporte une lueur de transparence bienvenue dans plus d'une décennie d'opérations militaires meurtrières qui sont restées jusqu'à présent entourées de secret. Le temps est maintenant venu de garantir l'obligation de rendre des comptes et d'offrir aux victimes des réparations, l'armée américaine n'ayant jamais contacté les familles des personnes civiles qu'elle a reconnu avoir tuées ni proposé de leur offrir réparation. 

« Il est aussi nécessaire d'analyser davantage de frappes que celles couvertes par ce rapport, qui en oublie des dizaines en ne s'intéressant qu'à celles menées depuis le 1er février 2019. En avril 2019, après la publication d'un rapport sans précédent d'Amnistie internationale, l'AFRICOM s'était engagé à examiner l'ensemble de ses opérations en Somalie afin de déterminer s'il avait omis de signaler des victimes civiles, mais il n'a toujours pas rendu publics les résultats de cet examen.

« Il est positif que l'AFRICOM donne aux familles somaliennes endeuillées la possibilité de signaler les décès de personnes civiles sur son site Internet. Toutefois, cela ne profitera pas à la grande majorité des civils concernés, qui vivent dans des zones reculées où les smartphones sont interdits et l'accès à Internet limité. D'autres moyens doivent leur être proposés, notamment la mise en place d'un mécanisme à Mogadiscio afin de permettre aux anciens des clans ou aux représentants élus de s'exprimer au nom des civils dont des proches ont été tués par des frappes aériennes américaines. »

Complément d’information

Le rapport de l'AFRICOM rendu public le 27 avril 2020 porte sur 91 frappes aériennes menées par les États-Unis en Somalie entre le 1er février 2019 et le 31 mars 2020. Sur les 27 cas présumés de frappes ayant fait des victimes civiles durant cette période – d'après des informations parues dans les médias et des rapports d'ONG indépendantes, dont Amnistie internationale – le rapport « clôt » 20 dossiers et en laisse ouverts sept, qui sont toujours en cours d'examen (dont deux figurant dans une enquête d'Amnistie internationale publiée au début du mois d'avril 2020).

S'appuyant sur de nombreux témoignages et sur des analyses d’experts d’images et de vidéos des lieux touchés par les frappes, ainsi que sur des images satellites et des recherches balistiques, Amnistie internationale a enquêté sur neuf frappes aériennes américaines ayant fait au total 21 morts et 11 blessés parmi la population civile depuis 2017. Certaines de ces frappes ont donné lieu à des violations manifestes du droit international humanitaire.

L'AFRICOM est encore loin de ce total puisqu'il ne reconnaît aujourd'hui, en tout, que quatre morts et trois blessés civils dans deux frappes distinctes.

 

Pour en savoir plus sur le travail d’Amnistie internationale concernant les victimes civiles des frappes américaines en Somalie, voir :

« Somalie. Le nombre de civils tués par les frappes aériennes menées par les États-Unis augmente sans que personne ne soit amené à rendre des compte » (1er avril 2020)

« Somalie. Le mépris de l’armée américaine à l’égard des civils tués lors d’une frappe aérienne » (30 septembre 2019)

« États-Unis/Somalie. Le manque de transparence au sujet des victimes civiles masque de possibles crimes de guerre » (20 mars 2019)

Mis à jour le mardi, 28 avril 2020