S'informer
Communiqué 
international
Russie

Un éminent journaliste d’investigation détenu et, semble-t-il, roué de coups

Apprenant que l’éminent journaliste d’investigation russe Ivan Golounov avait été placé en détention et inculpé de possession de stupéfiants et qu’il aurait été maintenu au secret et roué de coups en détention, Natalia Zviaguina, directrice du bureau d’Amnistie internationale en Russie, a déclaré :

« Les circonstances de la détention d’Ivan Golounov semblent suspectes et s’inscrivent dans un schéma tristement habituel. Un journaliste russe qui a critiqué les autorités est détenu par des hommes en civil, privé d’avocat, se plaint d’avoir reçu des coups et semble blessé. Ce scénario reproduit presque trait pour trait le cas récent d’Oyoub Titiev, fervent détracteur du régime et défenseur des droits humains tchétchène.

« Tout indique que les autorités placent de la drogue sur leurs cibles pour les envoyer derrière les barreaux. Ivan Golounov est un éminent détracteur du régime et ses enquêtes sur la corruption du gouvernement déplaisent manifestement aux autorités. Il semble qu’il en paye actuellement le prix.

« Les allégations d’Ivan Golounov selon lesquelles il aurait été battu par la police et détenu au secret devraient faire l’objet d’une enquête immédiate. Nous suivrons ce cas de très près. »

Complément d’information

Ivan Golounov travaille pour le site d’information en ligne Meduza, basé en Lettonie. Ces dernières années, il a enquêté sur la corruption des marchés publics, de l’immobilier et des pompes funèbres.

Il a été arrêté le jeudi 6 juin vers 14 h 30 à Moscou, bien que la police ait affirmé initialement qu’il avait été interpellé le 7. Selon son avocat, il a été détenu au secret pendant 12 heures et battu à plusieurs reprises par la police.

Il a été inculpé de « tentative de production, de distribution ou de transfert illégaux de stupéfiants » ; une substance non identifiée aurait été retrouvée dans son sac et à son domicile. S’il est déclaré coupable, il risque jusqu’à huit ans d’emprisonnement.

Mis à jour le vendredi, 7 juin 2019