• 15 juil 2021
  • Tunisie
  • Communiqué de presse

TUNISIE | LE PLAN DE VACCINATION CONTRE LA COVID-19 DOIT ÊTRE ÉQUITABLE ET TRANSPARENT

Résumé et principales recommandations

Les autorités tunisiennes doivent garantir un accès équitable aux vaccins pour toutes les personnes, et publier les informations essentielles concernant la campagne nationale de vaccination, y compris les critères retenus pour la détermination des populations prioritaires, a déclaré Amnistie internationale le 8 juillet. 

Au 13 juillet 2021, au moins 16 000 décès liés à la COVID-19 ont été recensés depuis le début de la pandémie, ce qui représente l’un des chiffres les plus élevés en Afrique[1]. Actuellement, le nombre quotidien de décès confirmés par millions d’habitants en Tunisie est le second plus élevé au monde, Juste après la Namibie.

Le pays subit actuellement la quatrième vague de la pandémie de la COVID-19, avec un taux d’infection quotidien très préoccupant qui dépasse les 669 cas par millions d’habitants, le quatrième taux le plus élevé au monde derrière Chypre, les Seychelles et Fidji. Le 19 juin, le gouvernement tunisien a de nouveau instauré un confinement général strict dans plusieurs gouvernorats, et par la suite un confinement partiel à Tunis, la capitale, et dans d’autres villes[2]. Le ministère de la Santé a indiqué que les hôpitaux publics sont surchargés, avec un taux d’occupation des lits de 91.8 % dans les unités de soins intensifs[3].

Dans un contexte de rapide multiplication des infections et de nombre record de décès, la grande majorité de la population tunisienne n’a toujours pas été vaccinée et les personnes qui risquent fortement de contracter la COVID-19 ne sont pas protégées. À la date du 13 juillet 2021, 2 225 629 doses au total avaient été administrées, et 1 531 039 personnes (13 % de la population) avaient reçu au moins une dose de vaccin et 694 590 personnes (6 % de la population) étaient totalement vaccinées avec deux doses[4].

Le gouvernement tunisien a annoncé son programme national de vaccination en janvier 2021, et il a commencé à le mettre en œuvre en mars 2021 au moyen d’une plateforme en ligne appelée EVAX. Cependant, sa stratégie est compromise par plusieurs éléments : l’absence de prise en considération des vulnérabilités en matière de droits humains dans la détermination des groupes prioritaires, l’absence de transparence concernant les critères utilisés pour inclure certaines professions dans la catégorie des services essentiels, des ingérences politiques anormales dans sa mise en place, et d’importants retards dus à la fois à la pénurie mondiale de vaccins et à l’instabilité gouvernementale. Le pays a changé quatre fois de ministre de la Santé depuis le début de la pandémie, et se trouve dans une impasse politique du fait des tensions entre le chef du gouvernement et le président de la République, ce qui aurait retardé les précommandes de vaccins[5].

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a, conformément aux normes internationales, conseillé aux États d’établir les priorités pour les programmes de vaccination « en tenant compte des vulnérabilités, des risques et des besoins des groupes qui, en raison de facteurs sociaux, géographiques ou biomédicaux sous-jacents, sont susceptibles d’être frappés plus durement par la pandémie de la COVID-19 » et de « garantir un accès égal à toute personne relevant d’un groupe prioritaire, en particulier aux populations socialement défavorisées ». Elle recommande également de déterminer les groupes prioritaires pour la vaccination « au moyen de processus transparents, responsables et impartiaux, afin de susciter une confiance méritée dans les décisions de priorisation[6] ».

Si le gouvernement tunisien a suivi certaines des recommandations de l’OMS en plaçant le personnel de santé et les plus de 60 ans dans le premier groupe prioritaire, d’autres personnes à risque n’ont pas été prises en compte lors du choix des critères pour la détermination des groupes prioritaires pour la vaccination. Il s’agit notamment des personnes de moins de 60 ans souffrant de maladies chroniques qui les fragilisent, des personnes vivant avec un handicap, des personnes vivant dans la pauvreté, des détenu·e·s et des sans-abris, qui n’ont souvent pas accès aux services de soins de santé, et qui sont de ce fait touchés de façon disproportionnée par la COVID-19 avec des risques élevés de grave maladie et de décès s’ils contractent ce virus.

Amnistie internationale est également préoccupée par les ingérences politiques indues qui ont pesé sur les initiatives nationales concernant la vaccination et qui ont entraîné une érosion de la confiance du public. En avril 2021, le conseiller en communication du chef du gouvernement, Mofdi Mseddi, a admis que plusieurs ministres avaient été vaccinés alors qu’ils n’étaient pas éligibles ; à l’époque, la vaccination était réservée au personnel de santé en première ligne et aux plus de 75 ans[7]. En mai, la radio Mosaïque FM a indiqué que la directrice régionale de la santé de la Manouba avait été limogée parce qu’elle avait proposé de vacciner une députée du parti politique au pouvoir et 78 professionnel·le·s de santé de la région qui n’avaient pas encore reçu la convocation officielle pour leur vaccination[8].

Ces incidents sapent la confiance du public quant au respect par le gouvernement de son obligation de distribuer les vaccins de façon équitable et sans ingérences politiques indues. Ils incitent également à douter de la détermination du gouvernement à garantir le droit de toutes les personnes à la santé et à accorder la priorité aux personnes les plus à risque.

En mai 2021, le gouvernement a considéré comme prioritaires pour la vaccination les travailleurs et travailleuses des secteurs de l’enseignement primaire et secondaire, du tourisme et de la justice, à la suite de négociations avec les syndicats influents de ces secteurs. Or, les raisons pour lesquelles ces catégories ont été jugées éligibles n’ont pas été rendues publiques, alors même que le ministre de la Santé a mentionné l’existence d’une circulaire du gouvernement définissant l’éligibilité pour chaque liste prioritaire[9]. Ce manque de transparence soulève d’importantes questions concernant les critères d’éligibilité et la manière dont les décisions sont prises concernant le choix des groupes considérés comme prioritaires pour la vaccination.

Afin de garantir la reddition de comptes, la transparence et la non-discrimination, les gouvernements doivent publier des données ventilées concernant la mise en œuvre de leur stratégie nationale de vaccination sur la base d’indicateurs d’une répartition équitable des doses de vaccins. L’OMS a établi des lignes directrices indiquant que les pays doivent ventiler les données sur la vaccination par : produit, situation géographique, classe d’âge, profession, facteurs de risque, contexte (c’est-à-dire le type d’établissement : prisons, établissements d’enseignement, etc.), statut socioéconomique et appartenance ethnique, entre autres.

Le 23 juin, les autorités tunisiennes ont lancé une plateforme en ligne publique présentant des informations générales sur l’avancée de la campagne de vaccination dans le pays[10]. Cependant, les données fournies ne comprennent pas d’informations sur les groupes prioritaires de personnes.[11] Faute de données ventilées à jour et en temps réel fournissant des informations sur la vaccination des groupes prioritaires, ainsi que des indicateurs sur l’accès équitable, il est impossible de garantir que les personnes qui ont le plus besoin d’être vaccinées le sont de façon prioritaire, en particulier dans un contexte d’approvisionnement limité en vaccins.

Afin de garantir une répartition équitable et transparente de la vaccination, les autorités tunisiennes doivent :

  • modifier leur plan national de vaccination contre la COVID-19 pour garantir qu’il sera accessible, équitable, inclusif et non discriminatoire, conformément aux normes et au droit relatifs aux droits humains. De plus, le plan doit prendre en compte les facteurs susceptibles d’augmenter le risque que peut avoir une personne ou une communauté de contracter la COVID-19, et porter une attention particulière aux groupes marginalisés et aux personnes ayant des identités intersectionnelles et un statut juridique particulier. Ce plan doit aussi idéalement tenir compte des risques sociaux, environnementaux et liés aux activités des personnes concernées, et des répercussions de la discrimination systémique ;
  • veiller à ce que la conception et la mise en œuvre des plans de répartition soient basées sur un ensemble de données, et sur l’analyse de ces données, relatives à l’impact du COVID-19 sur des populations spécifiques ;
  • publier des données ventilées de façon transparente et accessible ;
  • diffuser les critères et les raisons fondamentales qui ont conduit à l’éligibilité de certaines catégories professionnelles plutôt que d’autres, en publiant la circulaire qui définit ces catégories.

Pour lire la déclaration au complet, veuillez cliquer sur le lien ci-bas.

 

Notes en bas de page

 

[1]Informations publiées par le ministère de la Santé sur Facebook, 4 juillet 2021, disponible à l’adresse www.facebook.com/santetunisie.rns.tn/photos/a.724855064220267/4280538428651895/ ; Africa News, 1er juillet 2021, disponible à l’adresse www.africanews.com/2021/07/01/tunisia-partial-lockdown-as-covid-19-cases-reach-record-highs//.

[2] TAP info, “Kairouan, Siliana, Zaghouan and Beja targeted by general lockdown (Prime Ministry)”, 26 juin 2021, disponible à l’adresse www.tap.info.tn/en/Portal-Society/14120094-kairouan-siliana.

[3] Information publiée par le ministère de la Santé sur Facebook, 5 juillet 2021, disponible à l’adresse www.facebook.com/santetunisie.rns.tn/photos/pb.186480324724413.-%202207520000../4282327881806283/?type=3&theater.  

[4] Informations publiées par le ministère de la Santé sur Facebook, 7 juillet 2021, disponible à l’adresse www.facebook.com/santetunisie.rns.tn/photos/pb.186480324724413.-2207520000../4287773967928341/?type=3&theater ; Our World in Data, Statistics and Research: Coronavirus (COVID-19) Vaccinations, consulté le 7 juillet 2021, disponible à l’adresse www.ourworldindata.org/covid-vaccinations ; et informations publiées par le ministère de la Santé sur Facebook, 7 juillet 2021, disponible à l’adresse www.facebook.com/santetunisie.rns.tn/posts/4284785534893851?__tn__=-R.

[5] The Arab Weekly, « Virus vaccine delay adds to Tunisia’s ambient pessimism », 18 février 2021, disponible à l’adresse https://thearabweekly.com/virus-vaccine-delay-adds-tunisias-ambient-pes….

[6] Organisation mondiale de la santé, Cadre de valeurs du SAGE de l’OMS pour l’attribution des vaccins anti-COVID-19 et la détermination des groupes à vacciner en priorité, 14 septembre 2020, disponible à l’adresse https://apps.who.int/iris/bitstream/handle/10665/336541/WHO-2019-nCoV-S….

[7] Webdo, « Tunisie : La vaccination des membres du gouvernement fait polémique, 29 avril 2021 », disponible à l’adresse www.webdo.tn/2021/04/29/tunisie-la-vaccination-des-membres-du-gouvernem….

[8] MosaiqueFM, « Une directrice régionale de la santé limogée à cause de Arwa Ben Abbès (Vidéos) », 3 mai 2021, disponible à l’adresse www.mosaiquefm.net/fr/actualite-national-tunisie/891856/vaccination-de-….

[9] Business News, « Les syndicats appellent à la mise en place d’un programme de vaccination pour les enseignants », 13 mai 2021, disponible à l’adresse www.businessnews.com.tn/les-syndicats-appellent-a-la-mise-en-place-dun-… ; Business News, « L’AMT appelle à la vaccination des juges et dénonce la non application des accords conclus avec le secteur », 4 juin 2021, disponible à l’adresse www.businessnews.com.tn/L%92AMT+appelle+%E0+la+vaccination+des+juges+et… ; et L’Économiste Maghrebin, « UGTT: début de la vaccination pour les enseignants le 25 mai 2021 », 24 mai 2021, disponible à l’adresse www.leconomistemaghrebin.com/2021/05/24/ugtt-debut-de-la-vaccination-po….

[10]All Africa, “Tunisia: Data On National Jab Drive Now Available to General Public”, 22 juin 2021, disponible à l’adresse www.allafrica.com/stories/202106220879.html.

[11]Informations publiées par le ministère de la Santé sur Facebook, 1er juin 2021, disponible à l’adresse www.facebook.com/santetunisie.rns.tn/posts/4185280608177678.