• 29 sep 2020
  • Canada
  • Communiqué de presse

Décès de Joyce Echaquan, un triste rappel du racisme systémique dont sont victimes les peuples autochtones

Amnistie internationale Canada francophone est profondément choquée par le décès de Joyce Echaquan, une femme Atikamekw de la communauté de Manawan, survenu hier le 28 septembre dernier dans un établissement hospitalier à Joliette. 

À l’écoute de l’enregistrement que cette mère de famille a réussi à réaliser avant sa mort, le personnel hospitalier a clairement fait preuve de racisme dans ses interventions médicales et dans ses paroles.

La mort inacceptable de Joyce Echaquan met en lumière encore une fois le racisme systémique auquel sont confrontés les Autochtones dans les services publics. Il rappelle les conclusions du rapport de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec, dans lequel le juge Viens explique qu’il lui sembe «impossible de nier la discrimination systémique dont sont victimes les membres des Premières Nations et les Inuit dans leurs relations avec les services publics ». Le commissaire Viens écrit même dans son rapport qu’« à la lumière de nombreux témoignages citoyens, force est d’admettre que les préjugés envers les Autochtones demeurent très répandus dans l’interaction entre les soignants et les patients ». Il ajoute plus loin que « de [son] point de vue, s’il est impossible de généraliser, les voix entendues sont assez nombreuses pour affirmer que les membres des Premières Nations et les Inuit ne se sentent pas en sécurité lorsque vient le temps de mettre leur santé entre les mains des services publics. »

« La mort de Joyce est une tragédie. C’est tragique pour son conjoint, ses enfants et toute sa communauté. C’est tragique pour tout le monde, pour nous tous, pour tous les Québécoises et Québécois. Un an après le dépôt du rapport de la Commission Viens portant sur les relations entre les Autochtones et certains services publics, qui s’est précisément attardé sur cet hôpital, de constater que rien, mais rien n’a été fait, c’est outrageant. Combien de Joyce cela nous prendra-t-il encore pour agir ? », déclare France-Isabelle Langlois, directrice générale d’Amnistie internationale Canada francophone.

Amnistie internationale et toute son équipe offre ses condoléances à la famille de Joyce Echaquan. Cette mort laisse dans le deuil son conjoint et ses 7 enfants. Malgré la crise sanitaire que nous vivons, il en va de la responsabilité de l’État québécois d’éclaircir les circonstances de cet incident tragique. 

Les solutions sont connues (rapport Viens, appels à l’action de la Commission Vérité et Réconciliation, rapport de l’Enquête nationale sur les femmes disparues et assassinées - rapport Québec) et doivent être mises en œuvre dès maintenant pour éviter un autre drame.

#JusticePourJoyce 

 

Pour obtenir plus d'informations ou prendre rendez-vous pour un entretien, veuillez prendre contact avec :

Camille Ducroquet 
Responsable des communications | Amnistie internationale Canada francophone
+1 514 766-9766, poste 5236, cducroquet@amnistie.ca  

Khoudia Ndiaye
Directrice des communications et stratégies | Amnistie internationale Canada francophone
+1 514 766-9766 poste 5230, kndiaye@amnistie.ca