S'informer
Communiqué 
local
International

Les groupes québécois du mouvement des grèves pour le climat honorés dans le cadre de la remise du Prix Ambassadeur de la conscience d’Amnistie internationale

C’est aujourd’hui que la jeune militante suédoise pour la lutte contre le réchauffement climatique Greta Thunberg et le mouvement Fridays for Future reçoivent le prix Ambassadeur de la conscience lors d’une cérémonie à Washington. 

Amnistie internationale Canada francophone, honore cette année cinq organisations ayant contribué à faire vivre au Québec le mouvement des grèves pour le climat Fridays for Future: Pour le futur Québec, La planète s’invite à l'université, Pour le futur Montréal, Vendredi pour le futur Victoriaville et Devoir environnement collectif. Le prix sera remis aux représentantes et représentants de ces cinq organisations, vendredi 20 septembre 2019 à 10H  à la Maison du développement durable, à Montréal.

 « Le prix Ambassadeur de la conscience est le prix le plus prestigieux que décerne Amnistie internationale à des personnes qui ont fait preuve d'un leadership et d'un courage exceptionnels pour défendre les droits humains. Je ne saurais envisager de meilleurs lauréats cette année que Greta Thunberg et le mouvement de grève pour le climat Fridays for Future » , a déclaré Kumi Naidoo, secrétaire général d’Amnistie internationale.

Greta Thunberg  

Greta Thunberg est une fervente défenseure de l'environnement et fondatrice du mouvement Fridays for future.

Consciente des répercussions désastreuses que pourrait avoir le dérèglement climatique sur l’avenir de la planète et de l'urgence de la situation, Greta décide de manquer les cours tous les vendredis pour aller protester devant le parlement afin d’inciter les décideurs suédois à prendre des mesures préventives capables d’empêcher le réchauffement climatique, ou du moins, en limiter les dégâts. 

La nouvelle fait boule de neige, car au-delà de ce que la jeune fille espérait, des milliers d’étudiantes et étudiants, du secondaire, du collégial et universitaires à travers le monde suivent son exemple. Le mouvement Fridays for futur est né.  

Du haut de ses 16 ans, Greta Thunberg a non seulement démontré une volonté inébranlable et un engagement sans faille dans sa lutte pour l'environnement, mais elle s’est aussi mise en première ligne de défense des droits humains qui y sont étroitement reliés.

« Les droits humains et la crise climatique vont de pair. Nous ne pouvons pas résoudre l’un sans résoudre l’autre. En raison du changement climatique, les gens ne pourront plus faire pousser leur nourriture, leurs maisons seront menacées et leur santé mise en péril. Les gouvernements ont le devoir de nous protéger, alors pourquoi ne font-ils rien pour empêcher que le dérèglement climatique ne dévaste nos vies ? », a déclaré Greta Thunberg.

Au Québec, des groupes se démarquent 

Greta Thunberg inspire, et bien que l’appel à la mobilisation vise les grands et les petits, Fridays for future a provoqué une vague de mobilisation dans le monde entier, dont les leaders sont majoritairement des jeunes.

Le Québec ne manque pas à  l'appel. Là où il y a eu une mobilisation sans précédent pour l’environnement depuis des mois, le mouvement Fridays for Future se répand très vite parmi les étudiant.e.s militant.e.s sous l’appellation « Pour le futur ». 

Cinq groupes au Québec ont contribué à faire vivre le mouvement des grèves pour le climat : Pour le futur Québec, La planète s’invite à l'université, Pour le futur Montréal, Vendredi pour le futur Victoriaville et Devoir environnemental collectif. Découvrez-les.

 

Complément d’information

Prix Ambassadeur de la conscience : créé en 2002, le prix Ambassadeur de la conscience d’Amnistie internationale récompense  chaque année des personnes qui, à titre individuel ou collectif, ont fait progresser la cause des droits humains en se laissant guider par leur conscience, en se dressant contre les injustices et en faisant usage de leurs talents afin d’encourager d’autres personnes à agir. Parmi les précédents lauréats figurent Nelson Mandela, Malala Yousafzai, Harry Belafonte, Ai Weiwei, les groupes de jeunes d'Afrique de l'Ouest et Centrale, Angélique Kidjo, le mouvement de défense des droits des personnes autochtones au Canada, Alicia Keys et Colin Kaepernick.

L’annonce de la remise des prix se tient en amont du Sommet des peuples pour le climat, les droits et la survie de l'humanité, des 18 et 19 septembre à New York. Événement inédit lors duquel des leaders de la société civile et des peuples autochtones annonceront des actions mondiales conjointes en faveur de la justice climatique.
Amnistie internationale, Greenpeace International, le Haut-Commissariat des Nations unies aux droits de l’homme, le Centre pour le droit international de l’environnement, le Fonds mondial Wallace et le Centre pour les droits humains et la justice mondiale de l’Université de New York sont à l’initiative de cet événement.

Mis à jour le lundi, 23 septembre 2019