S'informer
Communiqué 
international
Turquie

Il faut libérer Osman Kavala et 15 autres détenus et abandonner les fausses accusations portées à leur encontre

À la veille de la troisième audience, le 28 janvier 2020, du procès du leader de la société civile Osman Kavala et de 15 autres personnes sur la base d’accusations forgées de toutes pièces de « tentative de renversement du gouvernement », Milena Buyum, chargée de campagne sur la Turquie à Amnistie internationale, a déclaré :

« Ce procès est une manœuvre honteuse visant à réduire au silence la société civile indépendante et s’inscrit dans le cadre de la vaste répression ciblant les défenseurs des droits.

« Osman Kavala n’aurait pas dû passer une seule minute derrière les barreaux ; or, il est maintenu depuis plus de deux ans en détention provisoire.

« Osman Kavala et 15 autres personnes font l’objet d’accusations fallacieuses ne reposant sur aucun élément qui pourrait laisser penser qu’ils ont participé à une quelconque activité illégale, et encore moins comploté pour renverser le gouvernement.

« Il doit être libéré immédiatement et sans condition, et les charges pesant sur lui et 15 autres figures de la société civile doivent être abandonnées.

« Un mois après que la Cour européenne des droits de l’homme a appelé la Turquie à libérer Osman Kavala immédiatement, chaque jour qu’il passe derrière les barreaux ne fait qu’aggraver la violation de ses droits.

« Sa libération doit annoncer la fin de la répression qui s’abat sur la société civile depuis plusieurs années déjà et le rétablissement du respect des droits humains en Turquie. »

Complément d’information

Le 10 décembre 2019, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a statué qu’Osman Kavala, un leader de la société civile, était détenu de manière arbitraire en Turquie depuis novembre 2017. La Cour a déclaré que sa détention avait été décidée et prolongée à des fins illégales, en violation de la Convention européenne des droits de l’homme, et qu’il devait être libéré immédiatement.

Osman Kavala est maintenu en détention provisoire à la prison de haute sécurité de Silivri, près d’Istanbul, depuis le 1er novembre 2017. Osman Kavala, Yiğit Aksakoğlu et 14 autres personnes sont accusés d’avoir « tenté de renverser le gouvernement de la République turque ou de l’empêcher d’exercer ses fonctions ».

 

Pour toute demande d'information et/ou d'entrevue, veuillez contacter 

Khoudia Ndiaye | Directrice des communications et stratégies 

kndiaye@amnistie.ca | 514 766-9766 poste 5230 

@ndiayek_

Mis à jour le mardi, 28 janvier 2020