S'informer
Communiqué 
international
Viêt-Nam

Dans le sillage de la libération de « Mère Champignon », les autorités doivent libérer les nombreux détracteurs pacifiques emprisonnés

En réaction à la libération de la blogueuse « Mère Champignon » au Viêt-Nam, Nicholas Bequelin, directeur régional pour l'Asie de l'Est et du Sud-Est à Amnistie internationale, a déclaré :

« Cette bonne nouvelle, véritable soulagement après deux ans derrière les barreaux, ne doit pas faire oublier la tendance croissante à l’incarcération au Viêt-Nam, qui jette en prison quiconque critique le régime. Si Mère Champignon n'est plus derrière les barreaux, la condition de sa libération est l'exil et plus de 100 personnes croupissent encore en prison parce qu'elles se sont exprimées sans violence – en public, sur des blogs ou sur Facebook.

« La mobilisation mondiale en faveur du cas de Mère Champignon devrait provoquer un changement de cap chez les leaders du Viêt-Nam. La Loi relative à la cybersécurité qui doit entrer en vigueur en janvier 2019 ne fera que donner aux autorités de nouveaux moyens de réduire au silence les dissidents et d’enfermer les citoyens. Elle ne devrait pas être appliquée, de crainte que d'autres ne subissent le même traitement que celui qu’a enduré Mère Champignon et des détracteurs pacifiques toujours en prison. Les autorités doivent annuler les condamnations de tous les prisonniers d’opinion et les libérer immédiatement et sans condition. »

Complément d’information

Nguyễn Ngọc Như Quỳnh, connue sous son pseudonyme de blogueuse Mẹ Nấm (Mère Champignon) a été arrêtée le 10 octobre 2016 et détenue au secret jusqu'au 20 juin 2017. Le 29 juin 2017, elle a été condamnée à 10 ans de prison, après avoir été déclarée coupable de « diffusion de propagande contre la République socialiste du Viêt-Nam » en vertu de l’article 88 du Code pénal vietnamien.

Nguyễn Ngọc Như Quỳnh est la cofondatrice du Réseau des blogueurs vietnamiens, un réseau indépendant fondé en décembre 2013. Mère de deux enfants, elle a été harcelée, arrêtée et interrogée à maintes reprises en raison de ses activités pacifiques et a été empêchée de se rendre à l'étranger. Blogueuse de renom, elle milite en faveur des droits humains et contre l’injustice depuis plus de 10 ans.

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018