• Guinée

Dénoncez les viols et les violences sexuelles en Guinée !

En Guinée, plus de 500 plaintes pour viol ont été enregistrées en 2021 et on sait que ce n’est que la pointe de l’iceberg ; la plupart des victimes étaient mineures. Le véritable nombre de cas de viols est sans aucun doute plus élevé.  

Agissez maintenant. Rejoignez notre campagne pour dénoncer les viols et les violences sexuelles faites aux femmes en Guinée. 

En 2021, le nombre cumulé de viols traités par l’Office de protection du genre, de l’enfant et des mœurs (Oprogem) et la Brigade spéciale de protection des personnes vulnérables (BSPPV) a dépassé 500 cas.   

La même année, le service de médecine légale du Centre hospitalier universitaire (CHU) Ignace Deen à Conakry a reçu 638 victimes de viol.   

La fin de l’année 2021 a été marquée par la médiatisation d’une succession de viols dont celui de M’mah Sylla, opérée sept fois suite à plusieurs viols, avant qu’elle ne décède en novembre 2021. 

Très souvent, les victimes de viol, déjà très éprouvées, ne bénéficient pas d’une prise en charge médicale effective. Elles peinent à accéder à des soins médicaux adéquats et à un soutien psychologique. 

L’accès à la justice en Guinée demeure incertain, long et difficile pour de nombreuses victimes. 

Par ailleurs, les victimes de viol sont peu protégées face à la stigmatisation sociale. Les terribles violences sexuelles qui leur ont été infligées sont exacerbées par le jugement de la société.  

Il est temps que la honte change de camp.  

Le silence autour des viols en Guinée doit se dissiper et la loi doit s’appliquer pour garantir la justice aux victimes. 

Les autorités guinéennes doivent redoubler d’efforts en termes d’information, de prévention et d’accès aux soins et à la justice conformément aux obligations du pays relatives au droit international et régional en matière de droits humains. 

Passez à l’action maintenant pour dénoncer les viols et les violences faites aux filles et aux femmes en Guinée. 

Nous faisons campagne pour que la Guinée protège davantage les victimes de viol et de violences sexuelles et leur garantisse un accès à la justice. Nous réclamons des mesures pour améliorer le processus judiciaire, la prise en charge médicale et la prévention.  

Lire le rapport