• Canada

Non au racisme systémique envers les autochtones

Le racisme systémique existe et il tue.

La récente tragédie de la mort de Joyce Echaquan est une terrible illustration du racisme systémique que vivent les peuples autochtones dans nos institutions. Une mort de plus qui s’ajoute aux trop nombreuses déjà recensées.

Les femmes autochtones sont particulièrement à risque de vivre du racisme systémique. C’est ce qu’a démontré le rapport de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles assassinées et disparues : stérilisations forcées, violences policières, insultes et comportements racistes, etc.. 

En outre, le juge Viens a démontré dans le rapport final de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics au Québec (commission Viens) déposé le 30 septembre 2019 que le racisme systémique existait au Québec.  

« Il me semble impossible de nier la discrimination systémique dont sont victimes les membres des Premières Nations et les Inuit dans leurs relations avec les services publics », écrit le juge Viens. 

Malgré cela, le gouvernement québécois refuse de reconnaître l’existence même du racisme systémique. Depuis le dépôt du rapport de la Commission Viens, seul les deux premiers appels à l’action ont été réalisés.

Vous pouvez agir !

Signez cette pétition et demandez au gouvernement du Québec de reconnaître le racisme systémique envers les Autochtones et de tout mettre en oeuvre pour une réconciliation pleine et entière dès maintenant.
 

PÉTITION

Nous demandons donc au gouvernement québécois d’agir avec diligence et :

  • de reconnaître que le racisme systémique existe au Québec 
  • de mettre en oeuvre un plan de lutte contre le racisme systémique à l’égard des Autochtones, développé en collaboration avec des représentant.e.s des Premières Nations et des Inuits.
  • d’adopter et de mettre en oeuvre la Déclaration des Nations unies sur les droits des peuples autochtones, tel que demandé par la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics.
  • de mettre en oeuvre de façon transparente les 141 autres appels à l’action de la Commission d’enquête sur les relations entre les Autochtones et certains services publics.
  • de mettre en oeuvre les 21 recommandations du rapport complémentaire sur le Québec de l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées afin de prendre en compte les violences subies par les femmes et les filles autochtones notamment par les corps policiers.
  • de mettre en oeuvre, et ce en collaboration avec les municipalités, les appels à l’action, notamment sur la santé, de la Commission de vérité et réconciliation du Canada.