Nous soutenir

Pourquoi faire un legs à Amnistie

Lorsque le dernier prisonnier d’opinion aura été libéré, lorsque la dernière salle de torture aura été fermée et lorsque la Déclaration universelle des droits de l’homme sera devenue une réalité concrète pour tous partout dans le monde, alors seulement nous pourrons dire que notre mission est achevée.

Depuis 1961, Amnistie internationale œuvre sans relâche pour protéger les droits de toutes et de tous. Nous défendons les droits des personnes en danger, des prisonniers d’opinion, des réfugiés et de toute personne vulnérable ou marginalisée. Nous le faisons pour obtenir une société inclusive et respectueuse; pour notre environnement, pour nos enfants et tous ceux qui nous succéderont.  Amnistie internationale a contribué activement à de nombreuses avancées en matière de respect des droits.

Nous avons besoin de vous pour continuer!

En faisant bénéficier Amnistie internationale Canada francophone d’un don testamentaire ou d’une assurance-vie, vous pouvez soutenir dans la durée nos actions de plusieurs manières. Il n’y a pas de « petit » ou de « grand » legs : chaque dollar compte pour nous permettre de mener à bien nos missions en toute indépendance et sur le long terme.

« Depuis le début de mon engagement bénévole avec Amnistie en 1986, ma vie professionnelle a été transformée. Je suis devenu un spécialiste en publicités sociétales et humanitaires, métier que je pratique et que j’enseigne au Québec, mais aussi en Afrique francophone. Je dois une fière chandelle à Amnistie ! »

Richard Leclerc, Montréal (QC)

« Je respecte profondément cette organisation, car elle est une des rares qui défendent concrètement les droits humains. Ses actions sont cruciales, tout comme l’est son impartialité. Je souhaite qu’une partie de mon héritage soutienne une cause qui me tient à cœur depuis mon adolescence. »

Nadine Beloin, Montréal (QC)

« Amnistie internationale, ça marche ! Continuez à soutenir des prisonniers d’opinion, continuez à écrire des lettres et à signer des pétitions... En tant que prisonnière, j’ai senti que je n’étais plus seule, ça a libéré mon esprit, ce fut ma première libération. Merci à toutes celles et à tous ceux qui ont fait en sorte que je suis parmi vous aujourd’hui ! »

Imen Derouiche, ancienne prisonnière d’opinion, Montréal (QC)

« Il est important pour moi de prévoir de l’argent pour un organisme qui vient en aide à celles et ceux dont les droits sont bafoués. Je souhaite soutenir Amnistie internationale dans son travail de défense des droits humains, de liberté et de justice jusqu’après ma mort ! »

Carol Ann Gingras, Whitehorse (Territoire du Yukon)