S'informer
Communiqué 
local
Canada

Amnistie internationale accueille favorablement l’aide apportée aux réfugiés syriens par le gouvernement fédéral

Amnistie internationale comprend bien que le gouvernement fédéral procédera à l’identification des 25 000 réfugiés d’ici le 31 décembre prochain, mais que seulement 10 000 d’entre eux arriveront au Canada avant cette date. Le Gouvernement s’accorde maintenant un délai supplémentaire de deux mois pour amener les 15 000 réfugiés syriens supplémentaires; la fin du mois de février devient donc la nouvelle date limite.

Gloria Nafziger, une militante pour les réfugiés, a déclaré : « Nous accueillons favorablement l’objectif de réinstallation du gouvernement canadien, qui cherche à identifier les réfugiés les plus vulnérables peu importe leur religion, leur origine ethnique ou leur sexe. »

Amnistie internationale accueille favorablement également le recours aux moyens suivants pour garantir la santé et le bien-être des réfugiés :

·         On retrouvera parmi les réfugiés, des familles entières, des femmes en danger, des personnes gaies et lesbiennes, ainsi que des hommes célibataires considérés comme vulnérables à cause de leur appartenance à la communauté LGBT, ou ceux qui accompagnent des parents à titre de membre de la famille;

·         Les vérifications de sécurité se feront par l’examen des papiers d’identité, la collecte d’informations biométriques et biographiques, ainsi que par des examens médicaux;

·         On procédera aux vérifications de sécurité ainsi qu’aux examens médicaux complets des réfugiés avant leur arrivée au Canada;

·         Les candidats doivent être enregistrés auprès de l’Agence de l’ONU pour les réfugiés, ou du gouvernement turc;

·         Le transport se fera principalement par vols nolisés privés; des avions militaires pourront également être utilisés au besoin.

Madame Nafziger a déclaré également : « Le Gouvernement s’est donné un énorme défi en se fixant comme objectif la réinstallation de 10 000 réfugiés syriens avant la fin de 2015, et de 15 000 réfugiés supplémentaires d’ici la fin du mois de février 2016. Il est de la plus haute importance cependant, que ce processus de réinstallation se déroule sans aucune discrimination en termes de religion, d’origine ethnique ou de sexe. Des hommes célibataires peuvent aussi être en danger à cause de leur profil public et de leur travail comme journalistes ou comme défenseurs des droits humains. Toutes les vulnérabilités devraient être prises en compte.

« La réinstallation des réfugiés vise les personnes les plus vulnérables, et la prise de décision ne devrait pas être discriminatoire ni stigmatiser quelque population que ce soit. Ce genre d’attitude — discrimination et stigmatisation — ainsi que les actions qui en résultent sont les raisons pour lesquelles, au départ, plusieurs réfugiés sont forcés de s’enfuir.

« C’est une noble tâche de mettre en place des ressources pour réaliser une réinstallation de cette envergure. Nous avons besoin de ce genre de leadership de la part du Gouvernement, et nous l’accueillons très favorablement. Acquittons-nous bien de cette tâche, en prenant en considération l’ensemble des facteurs. »

 

 

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018