S'informer
Communiqué 
local
Canada

Chaque année, l'espace pour la liberté d'expression se réduit

En 2008, 77 pays ne respectaient pas le droit à la liberté d’expression. En 2009, 81 pays et, en 2010, on dénombrait 96 pays! Il faut de l’opiniâtreté pour faire face à cet accroissement. Depuis 11 ans, Amnistie internationale (AICF), le Centre québécois du P.E.N. international et l’Union des écrivaines et des écrivains québécois, par la voix de Livres comme l’air, continuent de dénoncer la répression de la liberté d’expression et à appeler à la solidarité autant les écrivains et les écrivaines que les visiteurs du Salon du livre de Montréal.

Chaque année, en signe de fraternité, dix écrivains québécois offrent un de leurs ouvrages dédicacé à dix écrivains emprisonnés ou exilés. Cette année, se trouve parmi ceux-ci le prix Nobel de la paix, Liu Xiaobo. Ce grand défenseur des droits de la personne, ancienne figure de proue du mouvement démocratique de Tiananmen, en 1989, purge une peine de onze ans de prison pour « subversion du pouvoir de l'État ». Liu Xiaobo, président-fondateur du Centre P.E.N. chinois indépendant, dont il est le président honoraire, est jumelé à l’écrivaine Diane-Monique Daviau. 


Les jumelages de 2010 :

Claudine Bertrand avec Pham Thanh Nghien (VIETNAM)
Jonathan Harnois avec Igor Sutyagin (RUSSIE)
Nadine Bismuth avec Raghdah Saïd Hassan (SYRIE)
Diane-Monique Daviau avec Liu Xiaobo (CHINE)
Ian Mc Gillis (QWF) avec Eldaniz Elgun (AZERBAÏDJAN)
Nicolas Chalifour avec Temel Demirer (TURQUIE) 
Robert Maltais avec Maug Thura dit Zarganar (MYANMAR)
Jean-Jacques Pelletier avec Abdel Kareem NabilSuleiman (ÉGYPTE)
Gaston Therrien avec Ferhat Mehenni (ALGÉRIE)
Nicolas Dickner avec Bahman Ahmadi Amoui (IRAN)

L’écrivain et animateur Michel Désautels, qui participait en 2004 à Livres comme l’Air, animera la 11e cérémonie de lecture des dédicaces, le vendredi 19 novembre, à 20 h, à la place publique le Carrefour DesjardinsLivres comme l’Air sera présent durant tout le 33e Salon du livre de Montréal, du 17 au 22 novembre 2010, au stand 50 où les dédicaces seront exposées. Les visiteurs pourront signer les pétitions demandant la libération des écrivains injustement emprisonnés.

PROJETS D’EXTENSION

Si la liberté va mal, le projet Livres comme l’air continue par contrede prendre de l’expansion. D’abord, une première, the Quebec Writers’Federation, souhaitant s’impliquer, a accepté de jumeler un écrivain, Ian McGillis, membre de l’association.

Depuis quelques années, de nouvelles activités liées à Livres comme l’Air ont permis d’étendre l’influence du projet et de rejoindre de nouveaux publics. Ainsi, Livres comme l’Air, au-delà du Salon du livre, s’est installé dans de nouveaux espaces.

Concours de création littéraire et artistique pour les jeunes de la Francophonie
Amnistie s’est alliée à l’Association pour la création littéraire chez les jeunes (ACLJ) afin de sensibiliser les jeunes à la situation des écrivains emprisonnés ou exilés et les faire réagir par le biais de la création littéraire et artistique. Un concours, destiné aux jeunes francophones à travers le monde, leur proposait de se référer aux biographies des 10 écrivains étrangers de l’édition 2010 et de produire un texte-dédicace ou un dessin qu’ils adressaient à l’un d’entre eux. Un jury, composé d’un membre de l’ACLJ, d’AICF et de François Barcelo, écrivain jeunesse ayant déjà participé à Livres comme l’Air, a retenu trois textes qui seront exposés au stand de Livres comme l’Air au Salon du livre de Montréal, puis envoyés aux écrivains en même temps que le livre dédicacé de l’auteur québécois.

Projet pilote : atelier pédagogique sur le respect de la liberté d’expression
AICF et l’ACLJ se sont associés avec un troisième partenaire, l’École alternative Atelier de la Commission scolaire de Montréal, pour rejoindre un plus grand nombre d’enfants. Dix classes du primaire ont participé au projet. Celui-ci a été lancé en juin dernier par une présentation sous la thématique de la liberté d’expression. En octobre, trois écrivains, Claudine Bertrand, Robert Maltais et Véronique Marcotte, ont offert un atelier pédagogique. Cette école primaire alternative de Montréal voulait démontrer que même de très jeunes enfants peuvent accomplir des gestes de solidarité par l’entremise d’une lettre ou d’un dessin. Les travaux choisis se sont additionnés au panneau du Concours et seront envoyés à la personne à laquelle ils s’adressent.

Livres comme l’air dans les bibliothèques
Comme en 2007, AICF invitait les bibliothèques de Montréal à participer à Livres comme l’air. Cette année, neuf bibliothèques participent soit celles de : Côte-des-Neiges, Frontenac, l'Octogone, le Prévost, Père-Ambroise, Plateau Mont-Royal, Maisonneuve, Marie-Uguay et Saint-Michel. Selon les bibliothèques, le projet prend différentes formes, de l’exposition de panneaux présentant des jumelages des éditions antérieures à des ateliers destinés aux jeunes, en passant par des installations sur le thème de la censure.

Depuis octobre, Livres comme l’Air dans les bibliothèques sensibilise les visiteurs à la liberté d’expression et les incite à se rendre au Salon du livre de Montréal afin de poser un geste concret de solidarité avec les écrivains emprisonnés : signer les pétitions au stand de Livres comme l’Air.

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018