S'informer
Communiqué 
international
Tunisie

Une enquête doit être menée sur l’utilisation alarmante de la force contre des personnes qui manifestaient pacifiquement pour demander du travail

Les autorités tunisiennes doivent mener une enquête exhaustive, indépendante et efficace sur la répression violente du « sit-in d'El Kamour » entre le 20 et 23 juin, écrit Amnistie internationale dans une déclaration détaillée rendue publique mardi 21 juillet.

Les personnes qui manifestaient à Tataouine, ville du sud du pays, demandaient que soit appliqué un accord passé en 2017 avec le gouvernement pour la création d’emplois, lorsque la police est intervenue pour disperser le rassemblement. Amnistie internationale a pu établir que les forces de sécurité avaient arbitrairement arrêté des dizaines de personnes qui manifestaient, et qu’elles avaient utilisé inutilement une force excessive sous la forme de coups et de jets de gaz lacrymogène.

Amnistie internationale a interrogé 16 personnes, dont six ayant été arrêtées dans le contexte du mouvement de protestation ; des personnes ayant été prises dans des tirs de gaz lacrymogène ; des témoins des actions des forces de sécurité ; deux membres de la profession médicale s’étant occupés de personnes conduites à l’hôpital après avoir été exposées à du gaz lacrymogène, et une journaliste locale. Amnistie internationale a passé en revue des photographies et des vidéos réalisées par des personnes qui manifestaient et des reporters locaux, et elle a étudié les déclarations faites par le ministère de l’Intérieur et les autorités locales.

« Les gens manifestent parce qu’ils vivent dans des situations économiques difficiles. Au lieu de les frapper et de les arrêter, le gouvernement devrait chercher à résoudre les problèmes sous-jacents qui poussent les gens à aller manifester à maintes reprises dans la rue », a déclaré Amna Guellali, directrice adjointe d’Amnistie internationale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

« Seule une enquête indépendante peut empêcher l’utilisation d’une force excessive à l’avenir. Toute personne dont il s’avérera qu’elle a eu recours illégalement à la force, notamment en frappant brutalement des personnes qui manifestaient ou en tirant du gaz lacrymogène, devra être tenue de rendre des comptes. »

«Toute personne dont il s’avérera qu’elle a eu recours illégalement à la force, notamment en frappant brutalement des personnes qui manifestaient ou en tirant du gaz lacrymogène, devra être tenue de rendre des comptes.»
- Amna Guellali, directrice adjointe d’Amnistie internationale pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

 

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Camille Ducroquet
Responsable des communications | Amnistie internationale Canada francophone
cducroquet@amnistie.ca | +1 438 929-5206

Khoudia Ndiaye
Directrice des communications et stratégies | Amnistie internationale Canada francophone
kndiaye@amnistie.ca | +1 514 766-9766 poste 5230
@ndiayek_

 

Mis à jour le mardi, 21 juillet 2020