S'informer
Communiqué 
international
Pologne

Des militants risquent une peine de 10 ans d’emprisonnement pour une affiche sur la COVID-19 contestant les statistiques du gouvernement

Les charges retenues par les autorités polonaises contre deux militants qui pourraient être condamnés à des peines allant jusqu’à 10 ans d’emprisonnement à cause d’une affiche de campagne doivent être immédiatement abandonnées, a déclaré Amnistie internationale.

Ces militants ont été arrêtés lundi et mardi et maintenus en détention jusqu’au lendemain parce qu’ils avaient posé des affiches à Varsovie accusant le gouvernement d’avoir manipulé les statistiques sur la pandémie de COVID-19. Ils ont été accusés de « vols avec et sans effraction » pour avoir enlevé la protection vitrée d’emplacements publicitaires dans des abri-bus afin de remplacer des publicités par leurs propres affiches, alors qu’ils n’ont rien emporté avec eux.

« Le fait de menacer des militants qui ont simplement posé des affiches de poursuites judiciaires pouvant mener à 10 ans d’emprisonnement constitue une flagrante tentative d’intimidation et de musellement des voix critiques, a déclaré Barbora Cernusakova, chargée de recherche sur l’Europe à Amnistie internationale.

« Ces charges sont absurdes et elles visent apparemment à punir les personnes qui expriment des opinions critiques à l’égard des autorités. Si elles ne sont pas abandonnées, elles risquent d’avoir un effet paralysant et d’entraver davantage encore le travail indispensable des défenseur·e·s des droits humains dans le pays.

« Ces stratégies basées sur la manière forte s’inscrivent dans le cadre d’un harcèlement généralisé des manifestant·e·s et des militant·e·s en Pologne. »

 

Pour plus d’information, veuillez contacter : 

Khoudia Ndiaye | Directrice des communications et stratégies 

kndiaye@amnistie.ca | 514 766-9766 poste 5230 

@ndiayek_

Mis à jour le mardi, 16 juin 2020