S'informer
Communiqué 
international
Bélarus

Les autorités doivent garantir les droits des manifestants pacifiques à l’approche de l’élection présidentielle

Amnistie internationale a remis vendredi 7 août au ministère des Affaires étrangères du Bélarus une pétition, exhortant les autorités à cesser leur recours à la force contre les personnes qui manifestent pacifiquement. En à peine 10 jours, 12 000 sympathisant·e·s de 120 pays ont signé la pétition demandant la fin de la répression brutale des manifestations, au cours de laquelle la police a frappé des manifestant·e·s et a arrêté des centaines de militant·e·s pacifiques, de journalistes et de passants.

« Les personnes qui suivent les événements au Bélarus se souviennent bien des leçons de 2010, lorsque des centaines de manifestant·e·s ont été dispersés violemment dans la nuit de l’élection présidentielle, et que plusieurs candidats à l’élection présidentielle ont été jetés en prison de manière arbitraire. L’usage de la force contre des personnes qui manifestent pacifiquement est absolument inacceptable », a déclaré Marie Struthers, directrice du programme Europe de l’Est et Asie centrale à Amnistie internationale.

« Ces derniers jours, le président Alexandre Loukachenko a clairement menacé de recourir aux forces de police, voire à l’armée, pour disperser d’éventuelles manifestations. Les autorités du Bélarus devraient savoir que nous observons avec attention ce qui se passe dans le pays, et que le monde entier en fait de même. Nous ne resterons pas silencieux et nous ne garderons pas les bras croisés si les autorités recourent à la violence contre des manifestant·e·s pacifiques. Tôt ou tard, les responsables devront rendre des comptes. »

 

Complément d’information

Des centaines de militant·e·s pacifiques, de journalistes et de passants ont été arrêtés arbitrairement par des responsables de l’application des lois sur la base d’accusations forgées de toutes pièces depuis le début de la campagne électorale. Ces personnes doivent être libérées immédiatement et recevoir des réparations pour les violations des droits humains qu’elles ont subies. Tous les prisonniers et prisonnières d’opinion, notamment les militants politiques Viktar Babaryka et Syarhei Tsihanouski, qui ont été empêchés de se présenter à l’élection présidentielle et arrêtés pour des motifs à caractère politique, doivent être libérés immédiatement et sans conditions.

 

Pour plus d’information, veuillez contacter

Camille Ducroquet
Responsable des communications | Amnistie internationale Canada francophone
cducroquet@amnistie.ca | +1 438 929-5206

Khoudia Ndiaye
Directrice des communications et stratégies | Amnistie internationale Canada francophone
kndiaye@amnistie.ca | +1 514 766-9766 poste 5230
@ndiayek_

Mis à jour le lundi, 10 août 2020