S'informer
Communiqué 
international
Azerbaïdjan

Un militant de l’opposition condamné à une peine scandaleuse motivée par des considérations politiques

En réaction à la condamnation, jeudi 3 septembre, du militant de l’opposition azerbaïdjanais Tofig Yagoublou à quatre ans et trois mois de prison, Natalia Nozadze, chercheuse sur le Caucase du Sud à Amnistie internationale, a déclaré :

« Les autorités de l’Azerbaïdjan doivent immédiatement réexaminer la condamnation de Tofig Yagoublou à une peine d’emprisonnement, en vue de le libérer sans délai et sans condition. Tofig Yagoublou est un prisonnier d’opinion et sa condamnation illustre une nouvelle fois la répression de l’opposition politique et de la liberté d’expression par les autorités azerbaïdjanaises.

« Tofig Yagoublou est harcelé depuis de nombreuses années parce qu’il ose s’opposer au régime du président Ilham Aliyev. Sa santé a été fragilisée par sa précédente peine de prison et il risque aujourd’hui de contracter la COVID-19. En mars, Ilham Aliyev a prononcé un discours incendiaire dans lequel il a proposé d’« isoler » les dirigeants de l’opposition pour empêcher la propagation du virus, ce qui montre bien combien la condamnation de Tofig Yagoublou est motivée par des considérations politiques, et plusieurs dizaines de dirigeants et militants de l’opposition ont été arrêtés sur la base d’accusations forgées de toutes pièces. »

 

Complément d’information

Le 3 septembre, un tribunal de Bakou a condamné Tofig Yagoublou, le vice-président du Parti de l’égalité (Musavat, une formation de l’opposition), à quatre ans et trois mois d’emprisonnement pour « houliganisme ». Selon le parquet, Tofig Yagoublou aurait agressé physiquement un couple marié à la suite d’un accident de voiture. Amnistie internationale pense que cette accusation est fausse. Il a été arrêté le 22 mars et demeure détenu depuis.

Tofig Yagoublou est un opposant politique de longue date au président Ilham Aliyev. Il a été arrêté une première fois en 2013 et condamné à quatre ans d’emprisonnement pour « incitation à des violences de grande ampleur ». Le 5 novembre 2015, la Cour européenne des droits de l’homme a statué qu’en privant Tofig Yagoublou de sa liberté en l’absence de soupçons raisonnables d’infraction pénale, l’Azerbaïdjan avait violé ses droits. En mars 2016, il a été libéré à la faveur d’une grâce présidentielle.

 

Pour plus d’information, veuillez contacter :

Camille Ducroquet
Responsable des communications | Amnistie internationale Canada francophone
cducroquet@amnistie.ca | +1 438 929-5206

Khoudia Ndiaye
Directrice des communications et stratégies | Amnistie internationale Canada francophone
kndiaye@amnistie.ca | +1 514 766-9766 poste 5230
@ndiayek_
 

Mis à jour le mardi, 8 septembre 2020