S'informer
Communiqué 
international
Malawi

Il faut enquêter sur l’agression dont a été victime une femme albinos

Les autorités doivent enquêter sur l’agression violente dont une femme atteinte d’albinisme a été victime le 16 juillet, et traduire les auteurs présumés en justice, a déclaré Amnistie internationale lundi 18 juillet. Cette agression est la dernière en date dans une série de violences similaires.

Selon les médias, des hommes qui n’ont pas été identifiés ont pris pour cible une femme de 51 ans vivant dans le district de Chitipa, dans la région Nord du pays. Après s’être introduits de force chez elle dans la nuit du 15 au 16 juillet, ils lui ont tranché la main droite à l’aide d’une machette.

« L’inaction des autorités au Malawi fait en permanence courir aux personnes atteintes d’albinisme le risque de subir une agression violente », a déclaré Muleya Mwananyanda, directrice adjointe d’Amnistie internationale pour l'Afrique australe.

« Pas plus tard que le mois dernier, les autorités malawiennes ont affirmé à Amnistie internationale qu’elles intensifiaient les efforts visant à prévenir et à punir ces agressions motivées par des superstitions. Il est temps de dépasser le stade des belles paroles et de prendre des mesures efficaces pour protéger ce groupe vulnérable. »

Complément d’information

Le 7 juin 2016, Amnistie internationale a publié un rapport, intitulé « Nous ne sommes pas des animaux que l’on chasse ou que l’on vend » - Violence et discrimination contre les personnes albinos au Malawi, sur les agressions et les meurtres visant des personnes atteintes d’albinisme au Malawi. Ce rapport mettait en lumière une forte augmentation du nombre d’enlèvements et de meurtres de personnes albinos depuis novembre 2014.

Il indiquait également que les femmes et les enfants albinos sont particulièrement exposés aux meurtres, et sont parfois pris pour cibles par des personnes qui leur sont proches.

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018