S'informer
Communiqué 
international
Serbie

Amnistie internationale adresse des pétitions au vice-Premier ministre serbe

Le 19 octobre 2011, une délégation d’Amnistie internationale remettra au vice-Premier ministre serbe, Božidar Djelić, plusieurs milliers de pétitions contre les expulsions forcées de communautés roms en Serbie.

Ces pétitions appellent le gouvernement serbe à adopter une loi contre les expulsions forcées et à réglementer le processus d’expulsions.

« Les expulsions forcées à Belgrade et dans d’autres villes de Serbie déplacent les personnes d’un quartier à l’autre et les privent d’un véritable toit sur la tête, des emplois qu’ils peuvent occuper à ce moment-là et des écoles où vont leurs enfants », a souligné Nicola Duckworth, directrice du programme Europe et Asie centrale d’Amnistie internationale.

Des membres d’Amnistie internationale – du Japon et de la Corée à l’est aux Pays-Bas et à l’Espagne à l’ouest – ont recueilli des signatures et des photos dans les rues où se sont déroulés des événements tels que le festival EXIT de Novi Sad pour braquer les projecteurs sur la discrimination et les autres violations des droits humains que subit la population rom en Serbie.

Amnistie internationale est extrêmement préoccupée par la multiplication des expulsions forcées dans ce pays, qui ont une incidence sur la vie de milliers de personnes. Actuellement, on compte une centaine de quartiers informels à Belgrade et environ 500 dans le reste de la Serbie.

« Les expulsions forcées bafouent le droit à un logement convenable. Elles touchent les plus vulnérables de la société – principalement la population rom –, ceux que la pauvreté a conduits à vivre dans des quartiers informels à Belgrade et qui n’ont pas d’autre solution pour se loger », a ajouté Nicola Duckworth.

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018