S'informer
Communiqué 
international
Égypte

Il faut que le vice-président égyptien mette fin aux attaques contre les manifestants pacifiques

Amnistie internationale a appelé le vice-président égyptien Omar Suleiman à mettre fin aux violences des partisans du gouvernement au Caire et ailleurs dans le pays, alors que des informations font état d’une nouvelle vague de répression contre les journalistes et les manifestants.

Les forces de sécurité auraient arrêté des journalistes et harcelé des militants depuis les violences de mercredi ; ce jour-là au moins cinq personnes ont été tuées et plusieurs centaines blessées dans des affrontements entre partisans et opposants du gouvernement sur la place de Tahrir, au Caire.

« Les autorités égyptiennes doivent veiller à ce que les manifestants, les journalistes et les défenseurs des droits humains soient protégés, a déclaré le secrétaire général d’Amnistie internationale Salil Shetty. Le manque de policiers sur le terrain pour faire face à la situation montre clairement que le gouvernement égyptien est complice de ces violences, ou à tout le moins qu’il a renoncé aux responsabilités qui sont les siennes en matière de maintien de l’ordre en pleine crise nationale. »

« Les manifestations pacifiques doivent être autorisées, quels que soient les points de vue exprimés, et les manifestants non violents doivent être protégés, quelles que soient les négociations politiques en cours. »

Le personnel d’Amnistie internationale présent au Centre Hisham Moubarak pour le droit, organisation égyptienne importante de défense des droits humains, a indiqué avoir fait l’objet d’un raid des forces de sécurité.

La mission d’établissement des faits envoyée par Amnistie internationale en Égypte a également indiqué mercredi que les violences semblaient être orchestrées en partie par les autorités pour mettre fin aux grandes manifestations en faveur d’une réforme politique qui se poursuivaient dans le pays.

L’organisation appelle les autres États à user de leur influence pour demander aux autorités égyptiennes de contenir leurs partisans.

« Le vice-président Omar Suleiman a été nommé pour faire face à la crise actuelle. Il doit se montrer à la hauteur de ses responsabilités en réagissant à la violence organisée que nous voyons dans les rues, a déclaré Salil Shetty.

« Omar Suleiman se doit d’intervenir, il en va de la crédibilité des engagements qu’il a pris au niveau national et international. »

« Parallèlement, il faut que les pays entretenant des liens étroits avec l’Égypte usent de leur influence sur les autorités égyptiennes pour faire cesser les violences. »

« Ils doivent faire clairement savoir que ne pas protéger les manifestants pacifiques contre les violences, les arrestations arbitraires et autres atteintes aux droits humains porterait gravement atteinte aux relations entre ces pays et l’Égypte. »

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018