S'informer
Communiqué 
international
Lituanie

Les gouvernements des pays baltes doivent lutter contre l’exclusion et l’intolérance

À l’heure où des militants de la communauté lesbienne, gay, bisexuelle et transgenre (LGBT) s’apprêtent à participer, le 8 mai, à l’édition 2010 de la Baltic Pride, la Marche des fiertés des pays baltes, les gouvernements de l’Estonie, de la Lettonie et de la Lituanie doivent prendre des mesures pour lutter contre le phénomène généralisé d’intolérance et d’exclusion qui affecte ces personnes, a déclaré Amnistie internationale ce jeudi 6 mai.

Des militants d’Amnistie internationale de plus de 20 pays participeront à cet événement, organisé dans la capitale de la Lituanie, Vilnius, afin d’exprimer leur soutien aux LGBT et de défendre les droits aux libertés d’expression et de réunion.

« Diversité, tolérance, égalité de tous devant la loi, refus de la discrimination basée sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre, voilà les messages que les défenseurs des droits des homosexuels vont faire entendre dans les rues, a déclaré Nicola Duckworth, directrice de programme d’Amnistie internationale. Ils doivent être en mesure de le faire sans crainte de représailles ni d’agressions verbales ou physiques. Ils doivent avoir le soutien des autorités de leur pays, qui sont tenues, aux termes du droit international, de protéger les droits des LGBT. »

En mars, plus de 50 parlementaires lituaniens, dont de nombreux membres des deux principaux partis de la coalition au pouvoir, ont tenté d’obtenir l’interdiction de la Baltic Pride 2010, affirmant qu’elle était contraire à la Loi relative à la protection des mineurs contre les effets préjudiciables des informations publiques, un texte très controversé entré en vigueur au début de l’année.

Amnistie internationale a dénoncé le caractère discriminatoire de cette loi, qui porte directement atteinte aux droits de certaines personnes en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre. Elle stigmatise les LGBT et expose les défenseurs de leurs droits au risque d’être censurés et condamnés à des sanctions financières.

Au cours des mois précédant l’édition 2010 de la Baltic Pride, des militants d’Amnistie internationale ont réuni des dizaines de milliers de signatures, dans le cadre d’une pétition appelant les autorités lituaniennes à faire le nécessaire pour que la manifestation puisse avoir lieu et à protéger les participants contre toute forme de harcèlement et de violence.

« Il est essentiel que les autorités lituaniennes prennent les mesures nécessaires pour que la Baltic Pride 2010 se déroule sans encombre et sans violence. Elles feront ainsi comprendre à la population que les LGBT ont les mêmes droits que tout un chacun, a souligné Nicola Duckworth. Elles montreront aussi à la communauté internationale qu’elles sont prêtes à s’acquitter des obligations qui incombent à la Lituanie en tant que membre de l’Union européenne et du Conseil de l’Europe. »

La Baltic Pride 2010 est organisée par la Ligue gay lituanienne, l’Organisation des jeunes pour la tolérance (Lituanie), l’organisation lettonne Mozaika et la Jeunesse gay estonienne. Pour la quatrième fois, des membres d’Amnistie internationale se joindront aux militants LGBT des pays baltes afin de dénoncer les discriminations et les atteintes aux droits fondamentaux auxquelles les homosexuels sont confrontés au quotidien et de revendiquer le respect de leur droit de s’exprimer en public.

Dans le cadre de la Baltic Pride 2010, Amnistie internationale prendra part aux événements suivants :

Vendredi 7 mai :
10h00 – 17h00 : Conférence internationale sur le thème « Les droits humains combattent la peur et les préjugés », à l’Hôtel Conti, avec la participation de représentants d’Amnistie internationale.

13h00 – 13h30 : Conférence de presse de la Baltic Pride à l’Hôtel Conti.

Samedi 8 mai :
12h00 – 14h30 : Marche pour l’Égalité de la Baltic Pride dans le centre de Vilnius.

Des délégués d’Amnistie internationale seront disponibles pour des entretiens pendant toute la durée de la Baltic Pride.

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018