S'informer
Communiqué 
international
Lituanie

Amnistie internationale condamne l’appel d’un député favorable à un recours à une loi homophobe récemment adoptée pour faire interdire la Marche des fiertés des pays baltes

Plus de 50 députés lituaniens, parmi lesquels de nombreux membres des deux principaux partis de la coalition au pouvoir, ont signé une pétition pour demander l’interdiction de la Baltic Pride (Marche des fiertés des pays baltes) 2010. La Marche est actuellement prévue à Vilnius le 8 mai.

Les organisateurs de la Baltic Pride ont reçu en janvier l’autorisation du conseil municipal de Vilnius pour la Marche, mais selon les signataires de la pétition, cette manifestation violerait la loi controversée relative à la protection des mineurs contre les effets préjudiciables des informations publiques, entrée en vigueur le 1er mars de cette année.

La Loi relative à la protection des mineurs contre les effets préjudiciables des informations publiques considère toute information « dénigrant les valeurs de la famille » ou qui encouragerait une conception du mariage autre que l’union d’un homme et d’une femme comme nuisible pour les enfants et interdit en conséquence ce type d’information dans les lieux qui leur sont accessibles.

Amnistie internationale a, à de nombreuses reprises, exprimé la crainte que cette loi ne soit utilisée pour restreindre la liberté d’expression des lesbiennes, des gays et des personnes bisexuelles et transgenres et  plaide en faveur de leurs droits.

Les députés qui ont signé cette pétition ont clairement exposé les motifs homophobes qui ont présidé à l’adoption de la loi récemment et leur intention d’user de cette loi pour empêcher tout débat public sur l’homosexualité et toute expression publique d’une identité lesbienne, gay, bisexuelle ou transgenre.

Amnistie internationale renouvelle son appel en faveur d’une révision de la Loi relative à la protection des mineurs contre les effets préjudiciables des informations publiques, afin d’écarter toute possibilité de son utilisation pour stigmatiser les lesbiennes, les gays et les personnes bisexuelles ou transgenres ou exercer une discrimination quelconque à leur égard et violer leur droit à la liberté de réunion et d’expression.

Amnistie internationale appelle les autorités de Vilnius et, en particulier, le conseil municipal de Vilnius à veiller à ce que la Baltic Pride ait lieu comme prévu, conformément à l’autorisation délivrée et que toutes les dispositions soient prises pour assurer la sécurité des participants et empêcher l’intervention d’éventuels contre-manifestants.

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018