S'informer
Communiqué 
international
Cambodge

La fermeture d’un bureau de l’ONU menace les efforts en faveur des droits humains

Amnistie internationale et Human Rights Watch condamnent avec force les déclarations publiques de responsables du gouvernement cambodgien qui demandent le renvoi du directeur du bureau du Haut-commissariat aux droits de l’homme (HCDH) des Nations Unies au Cambodge, Christophe Peschoux, et affirment que le gouvernement aurait l’intention de fermer de force ce bureau.

Human Rights Watch et Amnistie internationale connaissent bien le travail du bureau du HCDH au Cambodge. À ce titre, les deux organisations rejettent les affirmations attribuées au ministre des Affaires étrangères, Hor Namhong, qu’elles estiment infondées. Le ministre aurait en effet déclaré que le bureau servait de « porte-parole pour l’opposition ». Cette accusation de la part du gouvernement contre le bureau du HCDH au Cambodge doit être perçue comme une attaque directe contre le mandat des Nations unies en matière de droits humains, qui fait pourtant partie intégrante de la Déclaration universelle des droits de l’homme et des conventions internationales relatives aux droits humains, dont beaucoup ont été ratifiées par le Cambodge.

Amnistie internationale et Human Rights Watch s’attendent à ce que les Nations unies continuent d’assurer de leur soutien le bureau du HCDH au Cambodge, son représentant et son personnel. De la même manière, il faut que les pays donateurs pour le Cambodge s’opposent vivement aux déclarations du gouvernement cambodgien. La secrétaire d’État américaine Hillary Clinton, qui sera dans ce pays les 31 octobre et 1er novembre, devrait soutenir publiquement le bureau du HCDH au Cambodge et le mandat des Nations unies en matière de droits humains.
Human Rights Watch et Amnistie internationale vont continuer à surveiller de près la situation au Cambodge, à dénoncer les violations des droits humains commises dans ce pays et à promouvoir l’obligation de rendre des comptes.

Mis à jour le lundi, 22 octobre 2018