S'impliquer

Réseau actions urgentes
Chine

Chine. Un ouïghour condamné à 15 ans de prison lors d'un procès secret

AU Initiale 79/20
ASA 17/2314/2020
Téléchargement 
télécharger la lettre-modèle
Agissez avant 
le 13 mai 2020
À qui envoyer 

Président de la République populaire de Chine, Xi Jinping
Zhongnanhai Xichangan’jie Xichengqu 
Beijing Shi 100741 
Chine 
Fax : +86 10 6238 1025
Courriel : english@mail.gov.cn

Son Excellence M. Peiwu Cong, Ambassadeur
Ambassade de la République populaire de Chine 
515 St. Patrick Street 
Ottawa, ON K1N 5H3
courriel :chineseembassy.ca@gmail.com

François-Philippe Champagne, Ministre des affaires étrangères, 111, rue Wellington, Ottawa (Ontario) K1A 0A6, Aucun timbre requis, Courriel : Francois-Philippe.Champagne@parl.gc.ca

Date de debut de l'action 
le 21 mai 2020
Contexte 

Ekpar Asat, entrepreneur et philanthrope ouïghour, a été déclaré coupable d’« incitation à la haine et à la discrimination ethniques » et condamné à 15 ans d’emprisonnement à l’issue d’un procès qui s’est déroulé secrètement. Il avait disparu en avril 2016, peu après son retour au Xinjiang à la suite de sa participation à un programme de formation aux fonctions de direction organisé par le Département d’État américain. Aucun contact n’a pu être établi avec lui depuis plus de quatre ans et l’absence d’informations officielles sur l’endroit où il se trouve suscite de graves inquiétudes quant à son état de santé et son bien-être.

 

PASSEZ À L’ACTION : ENVOYEZ UN APPEL EN UTILISANT VOS PROPRES MOTS OU EN VOUS INSPIRANT DU MODÈLE DE LETTRE CI-DESSOUS

 

Monsieur le Président,

Je vous écris pour vous faire part de mon inquiétude pour l’entrepreneur et philanthrope ouïghour Ekpar Asat, qui a été déclaré coupable d’« incitation à la haine et à la discrimination ethniques » et condamné à 15 ans d’emprisonnement à l’issue d’un procès qui s’est déroulé secrètement. 

Cet homme a disparu en avril 2016, trois semaines après son retour au Xinjiang depuis les États-Unis, où il venait de participer à l’International Visitor Leadership Program (IVLP) du Département d’État américain. 

Cela fait maintenant quatre ans que personne n’a vu Ekpar Asat et aucune information n’a été rendue publique quant à son lieu de détention, son état de santé ou les éléments à charge contre lui. En effet, ce n’est que par le biais de communications entre les autorités chinoises et quelques sénateurs américains en décembre 2019 et janvier 2020 que sa sœur a appris sa condamnation. Il est inquiétant que les autorités n’aient fourni aucune autre information sur son cas. 

Le fait que, selon certaines sources, le procès se soit tenu en secret, sans qu’Ekpar Asat n’ait pu bénéficier des services d’un avocat de son choix, est pour moi une grave source de préoccupation. L’absence d’informations sur son état de santé actuel et le lieu où il se trouve suscite ma crainte pour son bien-être.

En conséquence, je vous prie instamment :

de libérer immédiatement et sans condition Ekpar Asat, à moins qu’il n’existe des éléments crédibles, suffisants et recevables indiquant qu’il pourrait avoir commis une infraction reconnue par le droit international et qu’il ne soit jugé dans le cadre d’un procès respectant les normes internationales d’équité ;

dans l’attente de sa libération, de révéler l’endroit où il se trouve, de lui permettre d’entrer en contact avec sa famille et un avocat de son choix, et de veiller à ce qu’il ne soit pas soumis à la torture ni à d’autres formes de mauvais traitements.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l’expression de ma haute considération.

Autres informations 

Ekpar Asat est un entrepreneur et philanthrope ouïghour qui vient en aide à des personnes âgées et des enfants porteurs de handicap. Il a créé une application très appréciée sur les réseaux sociaux, dans laquelle apparaissaient des contenus relatifs à l’actualité, à l’histoire, à la littérature, à la culture et à la musique, ainsi que des chroniques et des informations juridiques. Lorsque Ekpar Asat a disparu en avril 2016, cette application a continué de fonctionner pendant un an, jusqu’en avril 2017. Ses parents sont membres du Parti communiste chinois et il a participé à des événements organisés par les autorités chinoises avant sa disparition. 

L’ambassade des États-Unis à Pékin a encouragé Ekpar Asat à postuler pour participer à l’International Visitor Leadership Program (IVLP) à la suite de sa rencontre avec Max Baucus, alors ambassadeur américain en Chine, au Xinjiang en 2014. L’IVLP est le principal programme d’échange professionnel du Département d’État américain, qui permet à des chefs d’entreprise étrangers en poste et en devenir issus de divers horizons de faire un séjour aux États-Unis et de nouer des relations avec leurs homologues américains.

 

Le Département d’État américain a cité le cas d’Ekpar Asat dans son rapport de 2019 sur les droits humains en Chine. Après qu’un groupe bipartisan de sénateurs des États-Unis a appelé les autorités chinoises à libérer Ekpar Asat, l’ambassade chinoise à Washington a répondu par un courriel envoyé en janvier 2020, dans lequel elle a donné des informations sur sa condamnation mais sans fournir plus de précisions. 

 

Le Xinjiang est l’une des régions chinoises dont la population est la plus diversifiée sur le plan ethnique. Plus de la moitié de ses 22 millions d’habitant·e·s appartiennent à des groupes ethniques principalement d’origine turque et majoritairement musulmans, parmi lesquels les Ouïghours (environ 11,3 millions de personnes), les Kazakhs (environ 1,6 million) et d’autres populations dont les langues, les cultures et les modes de vie sont très différents de ceux des Hans, qui sont majoritaires en Chine « intérieure ». 

Les médias ont témoigné de l’ampleur et de la sévérité des nouvelles mesures en matière de sécurité mises en œuvre depuis l’arrivée au pouvoir, en 2016, de Chen Quanguo, le nouveau secrétaire du parti dans la région du Xinjiang. En octobre 2016, ils ont relayé de nombreuses informations faisant état de la confiscation de passeports ouïghours par les autorités de la région dans le but d’entraver davantage encore le droit de circuler librement. En mars 2017, les autorités du Xinjiang ont adopté le « Règlement de lutte contre l’extrémisme », qui définit et interdit un large éventail de comportements qualifiés d’« extrémistes », tels que la « diffusion de pensées extrémistes », le fait de critiquer ou de refuser d’écouter ou de regarder des émissions de la radio et de la télévision publiques, le port de la burqa, le port d’une barbe « anormale », le fait de s’opposer aux politiques nationales, et la publication, le téléchargement, le stockage et la lecture d’articles, de publications ou de matériel audiovisuel présentant un « contenu extrémiste ». Cette réglementation a en outre instauré un « système de responsabilisation » destiné aux cadres du gouvernement pour les activités de « lutte contre l’extrémisme », et mis en place une évaluation annuelle de leurs performances. 

On estime que jusqu’à un million de Ouïghours, de Kazakhs et d’autres membres d’ethnies à majorité musulmane sont détenus dans des centres de « transformation par l’éducation ». Les autorités chinoises ont nié l’existence de ces lieux jusqu’en octobre 2018, et ont ensuite affirmé qu’il s’agissait de centres de « formation professionnelle » gratuite et volontaire. Selon elles, l’objectif de cette formation est de fournir des enseignements techniques et professionnels pour permettre à ces personnes de trouver un emploi et de devenir des citoyens « utiles ». Les explications de la Chine, cependant, contredisent les informations recueillies auprès d’ancien·ne·s détenu·e·s faisant état de coups, de privation de nourriture et de détention à l’isolement. 

La Chine a rejeté les demandes de la communauté internationale, y compris d’Amnistie internationale, l’appelant à autoriser les experts indépendants à se rendre librement dans la région du Xinjiang. En revanche, elle a multiplié les efforts pour faire taire les critiques en invitant des délégations de divers pays à se rendre au Xinjiang pour des visites soigneusement orchestrées et surveillées de près.

Mis à jour le jeudi, 21 mai 2020