Campagnes
International

Pour le futur de la planète : urgence climatique et droits humains

Urgence climatique et droits humains
Téléchargement 
Téléchargez notre campagne au format PDF
Campagne active
Dates de la campagne 
Du 3/09/2019 au 30/04/2020

Y a-t-il vraiment un lien entre les droits humains et les changements climatiques ? Qu’est-ce que les inondations, les périodes de chaleur, les froids intenses, les tempêtes, les émissions de gaz à effet de serre (GES) ont à faire dans le champ d’expertise d’Amnistie internationale ?

À l'heure où l'urgence climatique est devenue une crise sans précédent, c'est le futur de l'humanité tout entière et les droits humains les plus élémentaires à l’échelle de la planète qui sont menacés.

Aujourd'hui, les changements climatiques affectent:

  • le droit à la vie,
  • le droit au logement,
  • le droit au travail,
  • le droit à des moyens de subsistance,
  • le droit à des installations sanitaires.

Les changements climatiques touchent de manière disproportionnée les pays en développement qui n'ont pas les moyens financiers de se prémunir et de faire face à l’urgence climatique. Et comme souvent, ici ou ailleurs dans le monde, ce sont les personnes les plus vulnérables, pauvres et marginalisées qui subissent ces impacts de plein fouet. 

Amnistie internationale mobilise ses énergies pour soutenir les jeunes et tous les efforts visant à assurer un futur juste, égalitaire et en paix, où chaque personne pourra se prévaloir de ses droits dans un environnement sain.

Découvrez où et comment les changements climatiques affectent les droits humains à travers notre carte interactive:

Voir en plein écran

Les groupes québécois du mouvement des grèves pour le climat honorés dans le cadre de la remise du Prix Ambassadeur de la conscience d’Amnistie internationale

la jeune militante suédoise pour la lutte contre le réchauffement climatique Greta Thunberg et le mouvement Fridays for Future reçoivent le prix Ambassadeur de la conscience. Localement, Amnistie internationale Canada francophone, honore cette année cinq organisations ayant contribué à faire vivre au Québec le mouvement des grèves pour le climat Fridays for Future: Pour le futur Québec, La planète s’invite à l'université, Pour le futur Montréal, Vendredi pour le futur Victoriaville et Devoir environnement collectif.

Découvrez-les

Le secrétaire général d’Amnistie internationale fait appel à tous les établissements scolaires autour du monde pour qu’ils permettent aux jeunes de participer aux grèves scolaires pour le climat.

Reconnaissant les préoccupations et les défis suscités par ce mouvement, M. Naidoo souligne toutefois que la cause pour laquelle ces jeunes se battent revêt une importance historique telle qu’elle ne peut être ignorée. 

Kumi Naidoo explique que “pour cette génération, l’urgence climatique est LA question primordiale des droits humains. Ses conséquences façonneront tous les aspects imaginables de leurs vies. L’inaction de la plupart des gouvernements en dépit des preuves scientifiques accablantes est sans doute la plus grave violation intergénérationnelle des droits humains de toute l’histoire.

“Les droits humains existent pour nous aider à vivre ensemble en liberté, dans la justice et la paix. Mais rien de tout cela n’est possible sans planète vivable.

“En prenant part à ces manifestations, les élèves exercent leurs droits à la liberté d’expression et de réunion pacifique et leur droit d’avoir leur mot à dire dans les décisions et les sujets qui impactent leurs vies. Ce faisant, ils nous enseignent une leçon essentielle : l’importance de se rassembler pour œuvrer en faveur d’un avenir meilleur.”

Voir la lettre en entier.

Énergies fossiles et émissions de gaz à effet de serre : cela doit cesser !

L'une des principales causes des changements climatiques est l'exploitation et l'utilisation des énergies fossiles : pétrole, gaz naturel et charbon.

La combustion des énergies fossiles rejette du dioxyde de carbone en très grande quantité dans l'atmosphère. Seule la moitié du dioxyde de carbone est renouvelée en oxygène par la nature et l'autre moitié reste bloquée dans l'atmosphère, ce qui augmente l'effet de serre et crée un réchauffement de la Terre. 

Le Canada est un très mauvais élève en la matière. Il est même un des plus gros pollueurs au monde !

En 2017, les secteurs de l'exploitation pétrolière et gazière et des transports ont été les plus importants émetteurs de GES au Canada. Ensemble, ils ont contribué pour 52 % des émissions totales.

Les gouvernements et les entreprises portent la responsabilité de la crise climatique. Ils doivent de toute urgence opérer des changements majeurs pour protéger l'humanité et la planète.

Mis à jour le jeudi, 19 septembre 2019