Campagnes
Moyen orient et Afrique du Nord

Une année de rébellion, une campagne d'espoir

Une année de rébellion, une campagne d'espoir
Téléchargement 
Téléchargez le matériel de campagne
Campagne terminée
Dates de la campagne 
Du 1/01/2012 au 30/06/2012

Pour les peuples du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord, 2011 a été une année sans précédent, au cours de laquelle des millions de personnes de tous âges et de tous milieux, en particulier des jeunes et – souvent en première ligne – des femmes, ont envahi les rues pour exiger des réformes. Les manifestants n’ont généralement pas cédé face à la violence extrême que leur ont opposée les forces militaires et de sécurité des dirigeants qui prétendaient gouverner en leur nom – et qui continuaient de profiter des fruits du pouvoir et de les dilapider.

Depuis plus d’un an, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord sont deux régions en ébullition. Qualifiées de « Printemps arabe », des manifestations populaires se produisent dans de nombreux pays du monde arabe à partir de décembre 2010.

Ces évènements ont commencé le 17 décembre 2010 alors que le jeune vendeur de fruits Mohammed Bouazizi s'immole par le feu devant la préfecture de Sidi Bouzid en Tunisie. Ce triste événement a déclenché des manifestations monstres dans tout le pays , qui demandaient des réformes en profondeur et le départ du président. Elles ont finalement conduit Zine el-Abidine Ben Ali à quitter le pouvoir.

D’autres populations reprennent à leur tour le slogan « Dégage ! » (ou Erhal ! en arabe) devenu le symbole de cette révolution.

Alors que les manifestations s’étendent à l’Égypte et provoquent le départ d’Hosni Moubarak, les conséquences ne sont pas les mêmes pour tous les pays :

  • en Libye, elles tournent à la guerre civile entre les forces fidèles au régime de la Jamahiriya de Mouammar Kadhafi et les insurgés, soutenus par une intervention étrangère sous mandat de l'ONU ;
  • au Bahreïn, la solidarité entre monarchies du Golfe fait échec au mouvement de contestation ;
  • au Yémen, le dictateur Saleh louvoie entre exigences de l’opposition et le soutien international à une transition pacifique, pour finalement démissionner e
  • en Syrie, la répression exercée par le régime de Bachar el-Assad cause des milliers de morts (plus de 5 000 selon le Haut-commissariat aux Nations unies).

Malgré la violence des répressions dans tous les pays concernés par des mouvements d'ampleur, les contestations continuent. Tous les autres pays du monde arabe ont été touchés, mais les manifestations y ont eu une ampleur et des conséquences plus limitées.
Les principales causes de ces mouvements à forte dimension sociale sont le manque de libertés individuelles et publiques, la corruption, le chômage, la misère, le coût de la vie élevé ainsi qu'un besoin de démocratie qui ne soit pas une simple façade.

Ces révolutions recourent aux méthodes de contestation non-violente; les révolutionnaires utilisent les technologies modernes de communication (différents outils d’Internet et téléphone mobile) de façon intensive, la télévision satellitaire jouant également un rôle important dans le déroulement des évènements. Les dictatures concernées tentent d'ailleurs de contrer ces moyens de communication en coupant ou brouillant des réseaux.

Mis à jour le lundi, 15 avril 2013