Campagnes
International

Pour un meilleur contrôle des armes

Téléchargement 
Télécharger le document PDF
Campagne terminée
Dates de la campagne 
Du 3/05/2004 au 6/05/2004
Thématique(s) 

Depuis toujours les hommes se battent entre eux. A l'époque de la préhistoire, ils utilisaient des pierres, des branches, des cornes d'animaux… aujourd'hui ils utilisent des armes de destruction massive (bombes atomiques, armes chimiques), ou encore, ce qui fait moins souvent l'actualité, des " armes légères ". Ces armes, parmi lesquelles les kalashnikovs, les mitrailleuses ou les armes de poing, sont simples à manipuler, même par des enfants, elles sont bon marché, facilement transportables et facilement accessibles. Or ces armes tuent plus de civils que n'importe quel autre type d'arme.

Chaque année, les armes tuent en moyenne plus d'un demi-million d'hommes, de femmes et d'enfants… mais elles rapportent aussi beaucoup d'argent à ceux qui les produisent. Les plus gros exportateurs sont aujourd'hui les États-Unis, le Royaume-Uni, la France, la Russie et la Chine, soit les cinq membres permanents du conseil de sécurité des Nations unies. Ceux-là même qui seront ensuite amenés à tenter de régler les conflits qui ensanglantent la planète. De 1998 à 2001, les Etats-Unis, la France et le Royaume-Uni ont engrangé plus d'argent grâce aux ventes d'armes aux pays en voie de développement que le montant de leur aide à ces mêmes pays.

Pendant que vous lisez cette page, dans plus de 98 pays, 1135 entreprises continuent de fabriquer des armes légères, des munitions et des pièces détachées. Ces chiffres sont en augmentation. Au cours des 40 dernières années, le nombre de pays fabricants des armes a doublé.

La prolifération anarchique des armes attise les violations des droits humains, exacerbe les conflits et intensifie la pauvreté. Et pourtant il n'existe toujours pas de textes internationaux pour empêcher que ces armes ne tombent entre les mains de tueurs et d'auteurs de violations des droits humains. Ce sont les gouvernements qui ont la responsabilité des contrôles. Malheureusement, leurs législations sont trop souvent lamentablement inadéquates et comportent de nombreux vides juridiques. Même si un pays refuse de livrer des armes à un acheteur donné, il se trouve souvent un autre fournisseur pour assurer le contrat.

Il est temps d'agir : chaque minute, une personne meurt de la violence armée, et 15 autres nouvelles armes sont fabriquées pour la vente. Le commerce des armes est incontrôlé. Des mesures urgentes doivent être prises dès maintenant.

Face à cette crise, Amnistie internationale, Oxfam, et International Action Network on Small Arms (IANSA - le Réseau d'action international sur les armes légères) ont conjointement lancé une campagne dans plus de 50 pays à travers le monde pour demander un contrôle efficace des armes afin de véritablement libérer les populations de la menace de la violence armée. Grâce à une combinaison de pression de la part de l'opinion publique et d'actions par des gouvernements sympathisants, nous espérons qu'une convention cadre sur les transferts internationaux d'armes pourra être adoptée.

Mis à jour le vendredi, 3 mai 2013