Dix écrivains québécois jumelés à dix écrivains emprisonnés à travers le monde, de la Chine à l'Iran en passant par le Vietnam et le Myanmar. Dix livres dédicacés chaque année en signe de solidarité pour dénoncer la répression et la censure. Voilà le projet Livres comme l'Air.

Livres comme l'Air forme une chaîne de solidarité qui compte 150 livres dédicacés rassemblés depuis les quinze dernières années. Les trois partenaires, Amnistie internationale, le Centre québécois du PEN international et L'union des écrivains et écrivaines du Québec tiennent à jour les informations sur la situation des écrivains étrangers jumelés depuis l'an 2000.

Parmi les écrivains emprisonnés, quantre vingt cinq ont été libérés. Il est donc important de poursuivre des actions telles que Livres comme l'Air.

De plus, chaque année, des réactions émouvantes confirment la nécessité de poursuivre ce projet :

« Votre projet Livres comme l'Air est très beau et va droit au coeur », écrivait Sihem Ben Sedrine, éditrice tunisienne, jumelée à Antonine Maillet en 2000. « Je suis consciente qu'en m'honorant, vous avez rendu hommage au combat de tous les Tunisiens qui se battent dans cette grande prison aux barreaux invisibles ».

« Le simple fait de savoir que le monde "extérieur" ne m'avait pas oublié et continuait à oeuvrer pour ma libération a été une immense source d'encouragement durant ces jours sombres. Je vous dois ma liberté et je ne l'oublierai jamais » écrivait Thich Quang Do, moine, romancier et traducteur vietnamien, qui était jumelé à Yann Martel en 2001.

La chaîne de solidarité amorcée entre les écrivains et Livres comme l'Air s'allonge chaque année.